L'Esma avertit qu'une cryptomonnaie peut perdre toute sa valeur

FRANCFORT (Reuters) - L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a averti les investisseurs des risques liés à l'acquisition de cryptomonnaies nouvellement émises, une forme expérimentale et non réglementée de microfinancement employée surtout par les startups.
Partager
L'Esma avertit qu'une cryptomonnaie peut perdre toute sa valeur
L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a averti les investisseurs des risques liés à l'acquisition de cryptomonnaies nouvellement émises, une forme expérimentale et non réglementée de microfinancement employée surtout par les startups. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas White

L'Esma note que ces opérations de "crowdfunding" sur internet , appelées "Initial Coin Offerings" (ICO), sont non régulées, volatiles, opaques et non éprouvées au plan technologique.

"Les ICO sont des investissements extrêmement risqués et hautement spéculatifs", souline le régulateur, qui ajoute qu'il y a un risque d'une "perte totale de votre investissement".

"Beaucoup de ces monnaies ou jetons (...) n'ont pas de valeur intrinsèque autre que (...) leur utilisation pour avoir accès ou recours à un service/produit", poursuit l'Esma, en avertissant les émetteurs de ces devises qu'ils pourraient être soumis aux réglementations en vigueur.

Après les régulateurs suisse et américain, l'Esma est la dernière autorité en date à réclamer un contrôle plus strict sur des cryptomonnaies. La Chine a elle interdit purement et simplement les ICO.

En créant des monnaies électroniques utilisables sur un réseau informatique, de pair à pair et décentralisé, les entrepreneurs peuvent lever des millions de dollars en quelques heures, sans trop se soucier de la surveillance réglementaire.

Généralement, les détenteurs de ces devises ne se voient pas proposer de participer au projet sous-jacent.

Les ICO ont provoqué une hausse rapide de la valeur de l'ensemble des cryptodevises, passée de 17 milliards de dollars début janvier à un record de 180 milliards début septembre.

(John O'Donnell, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS