Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

L’ERP accompagnela diversification

Frédéric Parisot , ,

Publié le

Négociant en plastique devenu usineur, Westlake Plastics Europe s’est transformé à l’aide d’un logiciel de gestion intégrant la production.

L’ERP accompagnela diversification
Westlake Plastics Europe a acheté ses deux premières machines à commande numérique pour son atelier de Bondues, dans le Nord.
© frédéric Parisot

Une décennie avant que l’on ne parle d’« uberisation », Westlake Plastics Europe avait pressenti l’importance de proposer de nouveaux services. « Grâce à notre métier de négociant en matières plastiques pour le secteur médical, nous avions développé une expertise dans les matériaux techniques, mais il y avait un risque de voir nos marges fondre si un nouvel acteur arrivait avec des prix cassés ou un service innovant », indique Alexandre Delemazure, le directeur de cette entreprise qui emploie 50 personnes pour un chiffre d’affaires de 7,6?millions d’euros. C’était en 2004. Le dirigeant décide de lancer un service d’usinage en complément de son activité de distribution. Il crée une filiale baptisée Active Medical et achète ses deux premières machines à commande numérique, qu’il installe dans son atelier de Bondues, dans le Nord. Mais devenir sous-traitant ne s’improvise pas et toute l’informatique de l’entreprise doit être modernisée.

Comme nombre de PME, Westlake Plastics Europe dispose d’un logiciel ERP (Enterprise resource planning) dont les fonctions se limitent à la gestion commerciale. Pour tout le reste, on utilise Excel… Alexandre Delemazure veut mettre toutes les chances de son côté pour ce démarrage d’activité. « Si nous voulons que les clients nous considèrent comme une extension de leurs capacités de production, il faut inspirer confiance », indique-t-il. Premier chantier : les devis. Ils sont réalisés sous Excel, puis sont imprimés avant de traverser les différents services pour validation. Mais le volume de demandes atteint rapidement un millier de devis par an et la situation devient ingérable. « Nous avons investi dans un logiciel de devis, capable à la fois de les éditer et de gérer la personnalisation inhérente au marché des prothèses », résume Marie-France Forgues, responsable des projets informatiques de l’entreprise. Dans un premier temps, ce logiciel fonctionne en parallèle de l’ERP. En 2011, l’éditeur américain Sage fait évoluer son offre et propose de rassembler les différents logiciels. Westlake Plastics Europe y voit immédiatement son intérêt. « Nous avons désormais une base de données unique pour toute notre informatique de gestion, ce qui nous permet de suivre les devis en temps réel et de faire des croisements d’informations, pour le calcul des besoins nets par exemple, note Alexandre Delemazure. C’est aussi un moyen de réduire le risque d’erreur, qui doit être la préoccupation première d’une entreprise qui démarre une activité de sous-traitance. »

Une mutation progressive

Autre intérêt d’un ERP modulaire : l’industriel peut ajouter progressivement de nouvelles fonctions. Lorsque la charge des commerciaux devient trop lourde, il opte pour le module CRM (gestion de la relation client) qui facilite les relances clients et réunit tous les documents liés à la certification des produits. Et lorsque les ordres de fabrication (OF) s’empilent sur les postes de travail, créant le risque qu’une commande se perde dans l’atelier, il intègre un module de GPAO (Gestion de production assistée par ordinateur). Là encore, la migration est progressive. L’équipe de direction s’attache d’abord à remplacer les différents tableaux Excel par des requêtes entre modules de l’ERP. Puis elle déploie un système de codes-barres, qui élimine toute saisie manuelle de la part des opérateurs. « Nous pouvons suivre chaque OF et être alerté lorsque le temps passé sur une tâche dépasse le temps prévu dans le devis », précise Marie-France Forgues.

Au final, l’ERP modulaire s’est construit au fil de la croissance de cette nouvelle activité. Une croissance qui fut soutenue, puisque l’usinage représente aujourd’hui une part du chiffre d’affaires plus importante que la distribution. En 2013, l’entreprise a racheté son fournisseur de plastiques afin d’assurer la pérennité de ses approvisionnements. Et aujourd’hui, Westlake Plastics Europe cherche à développer son expertise d’usinage des plastiques au-delà du médical. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle