Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L'EPR de Flamanville, bourbier d'EDF depuis 5 ans

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Le chiffrage du dérapage financier de la construction de l’EPR de Flamanville n’est qu’une nouvelle étape du pénible accouchement du premier réacteur de troisième génération en France. C’est en 2011 que le chantier a connu ses pires moments.

L'EPR de Flamanville, bourbier d'EDF depuis 5 ans © D.R.

Le surcoût du réacteur nucléaire de l’EPR de Flamanville met à mal l’image de la filière nucléaire alors que s’ouvre le débat sur la transition énergétique. Estimé à l’origine à 3,3 milliards d’euros, le fleuron technologique de l’atome français en coûtera 8,5 milliards. Cette hausse est liée, pour sa plus grande partie, à des questions de mise à jour du design pour des raisons de sûreté. Ce nouvel épisode n’est toutefois pas le pire qu’ait connu l’électricien national depuis le début de ce chantier en 2007.

2011 a été l’annus horribilis de l’EPR français, comme le soulignait en septembre 2011 l’enquête de L’Usine Nouvelle intitulée Le bourbier de Flamanville. Alors que le monde est bouleversé par la catastrophe de Fukushima, une suite d’évènements majeurs ébranle le site normand, en particulier la mort de deux ouvriers, des soupçons de travail dissimulé et la découverte de trous dans le béton du bâtiment réacteur…

Une des raisons de la complexité de ce chantier est qu’EDF, maître d’œuvre et d’ouvrage, s’est imposé trop de contraintes. Après quinze ans sans construction de réacteur, l’électricien a annoncé des délais de construction trop courts et des coûts trop faibles. Le chantier devait ainsi durer 48 mois. Or, à l’époque de la construction du parc nucléaire français, il fallait 60 à 150 mois à une filière nucléaire hyper mobilisée pour achever ses têtes de séries…

Retrouvez l’enquête de "L’Usine Nouvelle" : Le bourbier de Flamanville

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle