L'Usine Energie

"L’épidémie va ralentir le rythme des constructions" de Neoen, spécialiste des énergies renouvelables

, , ,

Publié le , mis à jour le 26/03/2020 À 09H40

Le spécialiste français des énergies renouvelables, Neoen, a publié le 25 mars ses résultats financiers 2020. L'entreprise a également évalué l'impact du coronavirus Covid-19 sur ses activités.

L’épidémie va ralentir le rythme des constructions de Neoen, spécialiste des énergies renouvelables
Fin 2019, Neoen comptait 3 GW de projets en opération ou en construction dans les énergies renouvelables. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau
© Regis Duvignau

Neoen a prévenu mercredi 25 mars que la pandémie de coronavirus Covid-19 entraînerait des retards dans la construction et la mise en service de ses projets. Ces difficultés ont contraint le producteur indépendant d'énergies renouvelables français à revoir à la baisse ses prévisions.

"L’épidémie actuelle de Covid-19 n’aura pas d’impact notable sur le parc d’actifs en opération, mais aura pour effet de ralentir temporairement le rythme des constructions et des mises en service", a prévenu l'entreprise qui a publié ses résultats financiers pour l'année 2020 le 25 mars.

Difficultés d'approvisionnement et allongement des procédures

Le groupe, présent dans le solaire, l'éolien et le stockage de l'électricité, a précisé dans un communiqué que la part de ses actifs entrant en opération en 2021 - et par conséquent le niveau de son Ebitda - seraient "moins importants que précédemment envisagé". L'entreprise avait annoncé un Ebitda à un niveau proche de 400 millions d'euros en 2021.

Neoen explique que l'épidémie de Covid-19 aura des conséquences sur le calendrier de construction et de mise en service des projets qu'il a déjà remportés, notamment en matière de chaînes d'approvisionnement, dans la mesure où les composants des panneaux photovoltaïques et des éoliennes proviennent pour une bonne part d'Asie. La propagation du virus se traduira également par un allongement des procédures administratives et par des difficultés d'organisation des chantiers, a ajouté le groupe.

Les perspectives "sont structurellement bonnes", rassure le PDG

"Cela ne change évidemment pas la trajectoire de croissance à court et moyen termes de la société et encore moins ses perspectives à long terme, qui sont structurellement bonnes du fait de l'avenir des énergies renouvelables", a toutefois estimé lors d'une conférence téléphonique son PDG, Xavier Barbaro. "Nous ne sommes pas fondamentalement inquiets dans la durée sur les problèmes actuels. Ce n'est pas en train de mettre à genoux nos fournisseurs mais il y a des délais, et je pense qu'ils vont être assez globaux", a-t-il ajouté.

Neoen confirme en outre son objectif de plus de 5 gigawatts (GW) de capacité en opération ou en construction à fin 2021, contre environ 3 GW à fin 2019. Le groupe estime ainsi qu'il franchira la barre des 400 millions d'euros d'Ebitda en 2022, porté par la montée en puissance de ses projets. Pour 2020, il vise un montant compris entre 270 et 300 millions d'euros, à taux de change constants par rapport à 2019, avec une marge d'environ 80 %.

Au titre de 2019, son premier exercice complet en tant que société cotée, Neoen a enregistré un résultat net part du groupe de 36,0 millions d'euros (contre 12,4 millions en 2018), un résultat opérationnel courant de 136 millions (+28 %), un Ebitda de 216 millions (+30 %) et un chiffre d'affaires de 253 millions (+22 %).

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Henri-Pierre André)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte