« L'épargne salariale accroît les inégalités de revenus »

Pour donner suite au rapport Cotis sur le partage de la valeur, le gouvernement semble vouloir miser sur l'extension des dispositifs de rémunération collectives (participation, intéressement, épargne salariale). Solution miracle pour faire évoluer le pouv

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

« L'épargne salariale accroît les inégalités de revenus »
L'épargne collective est supposée dynamiser la productivité des entreprises en poussant les salariés sur des objectifs communs, est-ce une réalité ?

Salima Benhamou : L'effet sur la productivité n'est vrai qu'en partie. En général, une entreprise qui introduit une rémunération collective le fait en modifiant son organisation, en revoyant les façons de travailler. On ne sait pas ce qui a le plus d'effet au final, l'innovation organisationnel, le partage collectif du profit ou la complémentarité des deux. Une étude à paraître (sur des données française) isole que l'introduction d'un mode de rémunération collective ne compte que pour 30 à 40 % des gains de productivité.
Les entreprises qui en profitent le plus sont donc celles qui ont une gestion des ressources humaines (GRH) sophistiquée, c'est-à-dire pas forcément les PME.

Epargne et intéressement viendrait en relais des salaires pour donner un coup de fouet aux rémunérations, est-ce la solution à la question du pouvoir d'achat ?

S. B. : Cela peut effectivement augmenter les rémunérations globales car l'exemption des cotisations sociales est un élément d ?incitation pour les entreprises. Mais le rapport Cotis démontre, au-delà d'une progression faible du revenu salarial moyen, un accroissement des inégalités entre les tranches les plus hautes et les plus basses des salariés. Or ces compléments de revenus aggravent encore les inégalités dans la mesure où ils sont indexés sur les salaires. On peut se demander si c'est à l'Etat de financer un dispositif qui n'est pas très redistributif. D'autant que le manque à gagner en matière de cotisations sociales est loin d'être négligeables sur les comptes de la sécurité sociale.

Existe-t-il un basculement du salaire vers participation et intéressement du fait de l'aubaine fiscal ?

S.B. : Il semblerait que les entreprises qui étendent ces dispositifs penchent parallèlement vers une certaine modération sur les salaires dans le temps.
En cas de retournement conjoncturel, il peut y avoir un transfert de risques entre le capital et le travail. La situation peut devenir problématique pour les salariés avec une tentation de l'entreprise à faire passer ses actionnaires avant eux dans la distribution de la valeur.

Quel serait une bonne stratégie des pouvoirs publics en matière d'épargne salariale ?

S.B. :
Ils pourraient réserver les incitations fiscales sur la mise en œuvre des accords d'épargne salariale aux PME qui ont réellement besoin d'être poussées à développer leur productivité.
L'Etat pourrait aller au-delà d'un effort fiscal en aidant à la communication. Il faut favoriser la consultation, l'information des salariés, s'ils ne sont pas bien informés des dispositifs, l'effet productivité ne joue pas.
Enfin pour éviter d'aggraver la question des inégalités de rémunération. On peut aussi songer à des dispositifs de plafonnement de la rémunération collective qui tiennent compte des salaires individuels.

Propos recueillis par Anne-Sophie Bellaiche

Pour aller plus loin note N° 124 du CAS ( fév. 2009)

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS