Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’entreprise nantaise de plasturgie SGT s’implante dans le Grand Chalon

, ,

Publié le

La Société générale des techniques (SGT), vient d’investir de l’ordre de 20 millions d’euros dans un nouveau site de production dans le Grand Chalon (Saône-et-Loire).

L’entreprise nantaise de plasturgie SGT s’implante dans le Grand Chalon
Siège de la Société Générale des Techniques (SGT), à Rezé (Loire-Atlantique)
© SGT

L’entreprise nantaise de plasturgie SGT, spécialisée dans la confection de préformes, s’installera d’ici le premier semestre 2019 dans la zone SaoneOr du Grand Chalon (Saône-et-Loire). Un investissement chiffré à hauteur de 20 millions d’euros pour un nouveau site de production de 10 000 m² sur cinq hectares d’une réserve foncière de 100 hectares fraîchement inaugurée il y a 15 jours. C’est la quatrième unité de production que l’industriel de Rezé (Loire-Atlantique) fait construire.

Des clients dans toute l’Europe et en Afrique

"C’est une grande satisfaction de voir qu’une entreprise industrielle de cet acabit choisisse le Grand Chalon pour s’implanter", confie Sébastien Martin, président du Grand Chalon. En effet, avec son axe de communication stratégique, l’entreprise qui a déjà deux autres sites à Rouïba et à Sétif en Algérie en parallèle de son site historique dans le Loire-Atlantique a souhaité se rapprocher de ses clients européens, tout en répondant à un besoin de s’agrandir pour augmenter sa production.

5,3 milliards de préformes produites par an

Si l’entreprise familiale, fondée en 1981 à l’initiative de la famille Mignot, n’a pas encore estimé l’impact de ce nouveau site sur sa production, 40 emplois seront créés à l’ouverture de l’usine châlonnaise. Un atout pour le Grand Chalon dont le bassin d’emploi compte 9,5 % de chômeurs. Aujourd’hui, la SGT emploie 120 personnes à Rezé (Loire Atlantique) et 260 en Algérie, pour un chiffre d’affaires de 216 millions d’euros en 2016. L’entreprise propose aujourd’hui un catalogue de 220 préformes différentes en polyéthylène téréphtalate (PET) qui seront ensuite livrées à quelques 200 clients comme Coca-Cola, Nestlé ou encore Danone, pour être soufflées avant de devenir les bouteilles actuellement sur le marché.

Antonin Tabard

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle