Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’entreprise ACPP mise en difficulté par des retards de paiement

, , ,

Publié le

L’entreprise gardoise ACPP, spécialisée dans la chaudronnerie sur les sites nucléaires, pourrait fermer. 54 emplois sont menacés.  

Le site gardois de l’entreprise ACPP, spécialisée dans la chaudronnerie sur sites nucléaires, est mis en difficulté par des retards de paiement de ses clients. L’entreprise emploie 54 personnes sur la commune de Laudun-l’Ardoise, dans le Gard rhodanien.

Philippe Pécout, le maire de Laudun-l’Ardoise, a écrit la semaine dernière au Premier ministre pour l’alerter sur le dossier. Présente dans le Gard depuis 1977, ACPP (Ateliers de construction du petit parc) intervient en chaudronnerie sur les sites nucléaires. Filiale de CTI-Groupe, basé dans la Manche, elle travaille pour les sites proches du groupe Areva à Marcoule mais avait aussi obtenu des chantiers importants sur le site de l’EPR de Flamanville.

Les syndicats estiment que la fermeture du site est imminente et serait due à des défauts de paiements de l’ordre de 10 millions d'euros d’Areva et de Bouygues pour des prestations réalisées sur le chantier de Flamanville.

"La direction s'oriente vers la fermeture du site"

Les syndicats ont rencontré ce matin la direction et cet après-midi les représentants de la collectivité ainsi que le député Patrice Prat. "La direction s’oriente clairement vers la fermeture du site de Laudun, précise Jean-Marie Robert, représentant CFDT. La Directte de la Manche va suivre le PSE, qui devrait être prononcé prochainement."

Selon les syndicats, la direction en profiterait pour rapatrier les commandes obtenues par le site gardois sur les trois autres sites ACPP du groupe CTI, tous basés dans la Manche et donc plus proches du chantier de Flamanville. Toujours de source syndicale, la direction serait prête à proposer quelques reclassements sur ses sites en Normandie, "mais pour l’instant, aucun salarié n’est volontaire".

Anne Devailly?

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle