Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'enquête sur la catastrophe évitée à l'aéroport de San Francisco livre ses détails

Xavier Boivinet

Publié le

Images à l'appui, un rapport des enquêteurs revient sur le déroulé de l'incident du 7 juillet à l'aéroport de San Francisco. Autorisé à atterrir, un Airbus de la compagnie Air Canada s'est engagé sur une piste où stationnaient quatre avions en attente de décollage. Remettant les gaz au dernier moment, il a évité de peu un accident qui aurait pu être tragique.

L'enquête sur la catastrophe évitée à l'aéroport de San Francisco livre ses détails
Tentative d'atterrissage du vol Air Canada ACA759. Images tirées de l'écran de contrôle et des caméras de l'aéroport de San Francisco
© NTSB

L’enquête avance sur ce qui aurait pu être une catastrophe aérienne majeure. Le 7 juillet dernier, un Airbus A320 de la compagnie Air Canada en provenance de Toronto s’est trompé de piste lors de son atterrissage à l’aéroport de San Francisco. Au lieu de descendre vers la piste prévue, il s’est engagé sur une piste de stationnement où quatre avions attendaient pour décoller. Il a remis les gaz au dernier moment pour reprendre de l’altitude et les a évités de justesse. Des précisions et les images des caméras de l’aéroport viennent d’être ajoutées au contenu de l’enquête. Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) l’avait ouverte le 9 juillet.

Pas de conclusion

En complément d’entretiens avec les personnes impliquées, les enquêteurs se sont penchés sur les équipements de signalisation lumineuse et les données enregistrées par les moyens de contrôle du trafic aérien. S’il ne tire aucune conclusion sur les causes et les responsables de l’incident, leur rapport relate les faits en détails.

"Where is this guy going ?"

Le 7 juillet vers 23h55, alors que la piste 28R est dégagée et éclairée normalement, le vol ACA759 de la compagnie Air Canada reçoit l’autorisation d’y atterrir. Mais les enregistrements de vol indiquent que durant les cinq derniers kilomètres de son approche, l’appareil est aligné sur la piste C, dédiée au stationnement. Encore trop éloigné pour apparaître sur l’écran de contrôle, l’appareil se voit confirmer l’autorisation d’atterrir par le contrôleur aérien. Il est alors seul dans la tour de contrôle tandis que la procédure normale aurait voulue qu’ils soient deux. Mais l’enquête ne dit pas si cela a pu avoir une quelconque influence sur le cours des événements. Pendant ce temps, sur la piste C, quatre avions patientent, remplis de passagers et de kérosène.

“Where’s this guy going ? He’s on the taxiway !” Le pilote du premier avion en attente de décollage réagit en voyant l’Airbus lui arriver droit dessus. Le suivant allume ses phares d’atterrissage pour se signaler. Il n’est plus qu’à 26 mètres d’altitude lorsque le pilote de l’ACA759 remet les gaz. Il rase les deux premiers avions à l’arrêt, à 18 mètres du sol, avant de reprendre de la hauteur pour repartir pour un tour. C’est à ce moment que le contrôleur aérien lui ordonne de remettre les gaz. Un peu tard… Plus de peur que de mal, mais l’enquête se poursuit et pourrait ne livrer ses conclusions que dans un an, voire plus.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle