L’ENE, la nouvelle assiette de la cuisine de Bercy

Taxer l’excédent net d’exploitation (ENE) plutôt que l’excédent brut d’exploitation (EBE) préserverait l’investissement. Mais des questions demeurent encore.

Partager
L’ENE, la nouvelle assiette de la cuisine de Bercy

La fronde des entreprises a porté ses fruits. Le gouvernement devrait déposer un amendement au projet de loi de finances pour modifier l’assiette de la nouvelle taxe créée pour remplacer l’impôt forfaitaire annuel (IFA). Plutôt que l’excédent brut d’exploitation (EBE), Bercy entend taxer l’excédent net d’exploitation (ENE). Le rendement de la mesure devrait en revanche rester inchangé à 2,5 milliards d’euros.

Qu’est-ce que cela change ? Le gouvernement répond à la principale inquiétude des entreprises, qui accusaient la nouvelle assiette de pénaliser l’investissement. Les amortissements des investissements sont de fait compris dans l’ENE. "Mais on ne résout que la moitié du problème. Quand une entreprise achète des équipements, elle n’a pas forcément les fonds propres pour les acquérir. Or si elle s’endette, ses charges financières seront toujours taxées", estime Patrick Fumenier, avocat associé au sein du cabinet Taj. Conséquence pour l’avocat : "Cela revient à augmenter le taux d’intérêt réel pour les entreprises".

Un débat loin d'être clos

La nouvelle assiette ne lève pour autant pas tous les doutes. Car il existe plusieurs règles d’amortissements. Et il existe aussi une différence entre l’ENE fiscal et l’ENE comptable. "On ne sait encore pas si tous les investissements seront pris en compte et quels seront les règles d’amortissement retenues. De la même façon, il n’a pas été prévu de mécanisme de sauvegarde pour des entreprises qui auraient un résultat comptable insuffisant pour payer leur taxe", souligne Benoît Dambre, avocat associé chez Taj également. Des aspects un peu techniques. Le ministre du budget Bernard Cazeneuve a dévoilé en fin d’après-midi les nouvelles modalités de la taxe à Pierre Gattaz, le président du Medef.

Mais le débat sur la fiscalité des entreprises est loin d’être clos. Les Assises de la fiscalité, annoncées pour mi-décembre par le Président de la République risquent d’avoir un agenda chargé. "En soi, créer une taxe sur l’EBE ou l’ENE est une vraie réforme. Une concertation plus poussée n’aurait pas nui au débat", estime Benoît Dambre, qui juge que la vraie réforme aurait été d’élargir la base de l’impôt sur les sociétés, aujourd’hui mitée par les niches et les exonérations. "Aujourd’hui, coexistent près d’une dizaine de taux d’impôt sur les sociétés différents. Mieux vaudrait engager une réforme en profondeur de l’imposition des sociétés plutôt que de procéder par retouches successives et mettre fin à cette complexité issue d’un mille-feuille instable. Si l’on veut favoriser le réinvestissement des bénéfices, pourquoi par exemple ne pas créer deux taux stables, l’un sur les bénéfices réinvestis et un autre plus élevé lorsque les bénéfices sont distribués, mais avec des bases élargies et surtout des règles simples compréhensibles par tous ?", poursuit l’avocat. Simplifier, pas vraiment une habitude française.

Solène Davesne

0 Commentaire

L’ENE, la nouvelle assiette de la cuisine de Bercy

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS