L'endettement des entreprises risque de freiner la reprise, dit BNP Paribas

PARIS (Reuters) - L'endettement forcé des entreprises sera l'une des conséquences de la crise du coronavirus et pourrait, s'il se prolonge, agir comme un frein à la reprise de l'économie, dit-on chez BNP Paribas.
Partager
L'endettement des entreprises risque de freiner la reprise, dit BNP Paribas
L'endettement forcé des entreprises sera l'une des conséquences de la crise du coronavirus et pourrait, s'il se prolonge, agir comme un frein à la reprise de l'économie, dit-on chez BNP Paribas. /Photo prise le 16 avril 2020/REUTERS/Gonzalo Fuentes

La chute vertigineuse de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture de large pans de l'activité afin de lutter contre la propagation de la pandémie a contraint de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts, à puiser dans leurs réserves et à tirer sur leurs lignes de crédit, explique William de Vijlder, chef économiste de la banque française, dans une note publiée lundi.

Les pertes cumulées subies par les entreprises européennes pourraient excéder 720 milliards d'euros d'ici à la fin de l'année, voire dépasser 1.200 milliards d'euros en cas de scénario défavorable, selon des chiffres de la Commission européenne cités dans la note, ce qui obligera une partie d'entre elles à se recapitaliser et à emprunter.

Or "d'après la recherche économique, les sociétés les plus endettées réduisent davantage leurs investissements que les autres, ce qui limite l'efficacité de l'assouplissement monétaire", écrit l'économiste de BNP Paribas.

"Ces entreprises lourdement endettées vont subir une perte durable de compétitivité vis-à-vis de leurs concurrentes mieux capitalisées", ajoute-t-il.

Une solution pourrait venir de la mise en place de politiques économiques qui contribueraient à réduire le surendettement des entreprises et stimuleraient la croissance, ajoute-t-il.

"En d'autres termes, une politique économique visant à recapitaliser les entreprises devrait avoir des effets favorables durables sur la croissance, dès lors qu'elle réduit le risque de défaut à court terme, mais aussi, en particulier, qu'elle leur donne une bouffée d'oxygène leur permettant d'investir", écrit William de Vijlder.

(Patrick Vignal, édité par)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS