L’EMO s’ouvre avec l’espoir d’un rebond

, , ,

Publié le

Le premier semestre a vu le marché mondial de la mécanique en recul. Mais un rebond au second semestre devrait se confirmer. La salon de la machine-outils EMO ouvre ses portes, à Hanovre, dans une ambiance mitigée.

L’EMO s’ouvre avec l’espoir d’un rebond © D.R.

L’EMO ouvre ses portes, le lundi 16 septembre 2013, pour six jours. Le plus grand salon mondial consacré à l’usinage des métaux occupe 16 halls de l’immense espace de la foire d’exposition de Hanovre (Basse-Saxe). Dans le pays phare de la machine-outils, le moral n’est pourtant pas au beau fixe. Au premier semestre 2013, les exportations de machines-outils et d’installation de systèmes ont baissé de 3,2% par rapport au premier semestre 2012. "Pratiquement toutes les régions et tous les marchés sont en recul", précise Ralph Wiechers, de la VDMA, le syndicat professionnel des industries mécaniques allemandes. Les exportations vers la Chine, le premier client de l’Allemagne, ont baissé de 4,2% ; celles vers l’Inde de 15,6%. Dans le même temps, les importations ont baissé de 7,8%. 

Ralph Wiechers se veut pourtant optimiste. L’amélioration des indicateurs économiques devrait, selon lui, conduire à un rebond des investissements. Il pronostique un meilleur second semestre et l’année 2013 pourrait terminer au même niveau que celui de 2012. Au mois de juillet, le chiffre d’affaires du secteur de la machine-outil en Allemagne a d’ailleurs augmenté de 10% par rapport à juillet 2012.

Léger recul en France

La pause constatée s’explique en partie par deux très bonnes années 2011 et 2012, les ventes de machines-outils ayant progressé de 65% sur ces deux années dans le monde. Les organisateurs de l’EMO soulignent que la Chine, malgré un taux de croissance moins élevé qu’auparavant, demeurera un marché porteur pour les différents domaines d’application des machines-outils, de l’automobile  aux industries électrique et mécanique, en passant par l’optique, la mécanique de précision et même les techniques médicales. 

En France, l’investissement en machines-outils devrait s’élever à 828 millions d’euros, en recul de 1%, et se traduit par 740 millions d’euros d’importations, dont plus de 30% en provenance d’Allemagne. La France est pourtant le troisième fabricant de machines-outils en Europe derrière l’Allemagne et l’Italie, et a produit pour 627 millions d’euros, dont 85% sont exportés.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte