Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'EMO 2011 baisse le rideau

Publié le

L'optimisme n'a pas faiblit une seconde pendant les six jours de l'exposition internationale de la machine-outil EMO 2011 à Hanovre (Allemagne). Résultat : plus de 4,5 milliards d'euros de commandes ont été signées par les exposants, selon Wilfried Schäfer, directeur exécutif de l'Association allemande des constructeurs de machines-outils (VDW).

L'EMO 2011 baisse le rideau

Les visiteurs de l'EMO 2011 n'ont pas regretté le déplacement. Du 19 au 24 septembre les 140 000 spécialistes de l'usinage venus de 100 pays ont pu découvrir dans les halls du parc d'exposition de Hanovre une des éditions les plus flamboyantes de ces trente dernières années. Plus de 40% de ces visiteurs sont venus de l'étranger, particulièrement de l'Asie et de l'Amérique du sud, mais on entendait aussi parler le russe dans les allées. Près de 75% de ces visiteurs étrangers ont écumé les stands avec des projets d'investissement déjà ficelés. Si la moitié des visiteurs (55% exactement) cherchait un équipement pour renforcer leurs capacités de production, pour près de 20% d'entre eux il s'agissait d'un premier investissement.

La performance technique des machines n'était plus cette année le principal argument pour vendre : il fallait aussi prouver qu'elles correspondent aux désidératas du développement durable. Le message qu'ont reçu les constructeurs est clair. Il faut usiner vite et bien, mais il faut aussi consommer moins. Moins d'énergie et moins de ressources.

L'initiative Bluecompetence lancé par l'association allemande des constructeurs de machines-outils (VDW) répond à ce défi mais aussi à la directive de la Commission européenne 2009/126/EC qui prévoit la réduction drastique de la consommation d'énergie. Plusieurs constructeurs - Tornos, Index, Chiron, Grundfos, DMG/Mori Seiki, Heller, Klingelnberg, Mimatic, Liebherr, Trumpf, etc.- participent ainsi à cette alliance dont le nom rappelle la démarche Think Blue de Volkswagen.

Les machines d'Index, par exemple, adoptent six approches différentes. ECO energy permet de récupérer l'énergie de freinage, d'adopter des moteurs synchrones, moins énergivores, et d'usiner plus vite pour réduire les temps de fonctionnement. ECO design concerne la conception de cinématiques innovantes, l'adoption de composants plus légers et la mise en œuvre sur une seule machine d'usinages polyvalents.

ECO fluid vise l'utilisation  d'une régulation ciblée du débit de lubrifiant. ECO cool concerne la disposition d'un système de réfrigération centralisé qui recycle les déperditions de chaleur. ECO control assure une veille intelligente de la machine en assurant, par exemple, la coupure automatique des périphériques. Enfin, ECO setup adopte la simulation de l'usinage avec la possibilité de régler les pièces à distance.

Pour les futures innovations, rendez-vous à la prochaine EMO à Hanovre du 16 au 21 septembre 2013… 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle