Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

L'embargo russe en 5 chiffres

, , , ,

Publié le

Vidéo En réponse aux sanctions occidentales à l'encontre de Moscou, Dmitri Medvedev a annoncé jeudi 7 août un "embargo total" sur de nombreux produits agricoles et agroalimentaires en provenance d'Europe et des Etats-Unis, notamment. Cette interdiction, d'une durée d'un an, pourra toutefois être levée si ces "partenaires font preuve d'une approche constructive", a déclaré le Premier ministre russe. Retour, en cinq chiffres, sur les principaux enjeux de cette décison pour la France et les autres pays visés.  

L'embargo russe en 5 chiffres © Daderot - c.c

32 pays visés par l'embargo

La Russie a décrété un "embargo total" sur la plupart des produits alimentaires en provenance des 28 Etats membres de l'Union europénne, des États-Unis, du Canada, de l'Australie et de la Norvège. Cette interdiction, d'une durée d'un an, pourra toutefois être levée si "nos partenaires font preuve d'une approche constructive", a déclaré le Premier ministre russe

8 grandes familles de produits concernées

L'embargo russe sur les importations de produits agricoles et agroalimentaires s'applique à 8 grandes familles de produits : le bœuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits.

10% : la part des exportations agricoles et agroalimentaires de l'UE vers la Russie

D'après les données d'Eurostat, la Russie a absorbé 10% des exportations agricoles et alimentaires de l'UE en 2013, pour un montant de 12 milliards d'euros. Sur ces produits, la France se positionne comme le dixième fournisseur de la Russie, derrière l'Allemagne et la Pologne et devant l'Italie et l'Espagne. Tous produits confondus, l'UE était l'an dernier le premier fournisseur de la Russie (42,4% de parts de marché), devant l'Asie Pacifique (34,3%).

1,17 milliards d'euros : les exportations françaises de produits agroalimentaires vers la russie

En 2013, la France a expédié 1,17 milliards d'euros de produits agrolaimentaires vers la Russie. Les boissons alcoolisées, non concernées par l'embargo représentaient 450 millions d'euros, soit 38% de ces exportations.

500 millions d'euros : le coût direct estimé pour le secteur agroalimentaire français

Le coût direct de cette décision pour le secteur agroalimentaire français devrait atteindre au minimum 500 millions d'euros, prévoit Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), interrogé par l'Expansion.

Il faut ajouter à cela l'effet de surproduction des fruits et légumes qui auraient dû être expédiés en Russie et qui vont rester sur le marché européen, souligne-t-il. Une perspective inquiétante pour un secteur déjà en difficulté après des récoltes abondantes cette année, entraînant mécaniquement une baisse des prix.

La réaction d'un négociant français des Bouches-du-Rhône qui exporte 90% de sa production de poires et de pommes vers la Russie :

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle