Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’emballage plastique et souple poursuit sa progression

,

Publié le

Navigant entre gain de productivité, exportations en hausse et volatilité des matières premières, le secteur reprend des couleurs.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


Emballage - Crédits Uni Packaging

2014 confirme le redressement de la filière plastique depuis la crise de 2008. Les 400 entreprises du secteur ont produit près de 2,1 millions de tonnes d’emballages, soit une hausse de 4,2% par rapport à l’exercice précédent. En valeur, à 7,8 milliards d’euros, le chiffre d’affaires augmente de 2,6 %. 

"Cette année a été marquée par une forte hausse des investissements, à +33 % et un secteur de la pharmacie très porteur", indique Françoise Andres, Présidente d’Elipso, l’organisation professionnelle du secteur.

Le premier semestre 2015 devrait afficher la même évolution, avec une hausse des volumes livrés, mais une stabilité du chiffre d’affaires.

"Comme l’année précédente, cet écart est dû à la pression sur les prix de vente et sur la relative atonie des débouchés, surtout en France", remarque Olivier Charmet, vice Président des affaires économiques d’Elipso.

L’emploi est resté stable, ainsi que la marge brute qui s'établit à environ 40%. Les équipements de production ont été utilisés à 80% de leurs capacités.

Deux défis pour les industriels

"Mais la situation financière des entreprises marque une légère dégradation", note Olivier Charmet. Et la fin de l’année serait marquée par un léger fléchissement de l’activité. 2016 est abordée avec une relative confiance, en accord avec les prévisions des donneurs d’ordres.

Pour autant, deux défis subsistent : la volatilité des matières premières se poursuit, malgré la baisse globale de celles-ci et le fort repli du pétrole. "Les cours des matières plastiques sont au plus haut", déplore M. Charmet. En cause, une quasi pénurie sur les marchés européens.

Afin de pallier ce problème, la filière demande "une plus grande liberté pour ses approvisionnements et la suppression des droits de douanes (6,5%) sur les importations". Dernier point noir, l’allongement des délais de paiement. Mais là, Bruxelles n’est pas en cause. Dans l’emballage plastique, comme dans d’autres secteurs, les délais de paiement à rallonges sont un sport national et l’une des premières causes de la défaillance de PME !

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle