L'Elysée ne croit pas à une machination de Nissan dans l'affaire Carlos Ghosn

L''Etat français ne croit que l'affaire Carlos Ghosn soit le fruit d'un complot pour faire sortir Nissan de l'alliance avec Renault, mais reconnaît une charge "très violente (et) très précise". Elle reflète des failles dans la relation entre les deux groupes qu'il va falloir réparer, a dit à Reuters une source de l'Elysée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'Elysée ne croit pas à une machination de Nissan dans l'affaire Carlos Ghosn
L''Etat français ne croit que l'affaire Carlos Ghosn soit le fruit d'un complot. /Photo prise le 1er octobre 2018/REUTERS/Régis Duvignau

La théorie du complot pour faire sortir le japonais Nissan de l'alliance avec le constructeur automobile français Renault, l'Elysée affirme ne pas y croire. L''Etat français reconnaît néanmoins qu'elle reflète des failles dans la relation entre les deux groupes qu'il va falloir réparer, a dit à Reuters une source de l'Elysée. "Je ne peux pas croire à la déclaration de guerre pour faire sortir Nissan de l'alliance avec une machination derrière (...). Je crois qu'il y a une volonté de part et d'autre qu'il faut que (l'alliance) reste quelque chose de long terme."

L'Etat français, principal actionnaire de Renault, lui même principal actionnaire de Nissan, reconnaît également que la charge contre le PDG de Renault, et le désormais ex-président de Nissan, est "très violente (et) très précise". "Il semblait qu'il y avait plutôt une communauté de vues Ghosn-Nissan, dont on s'aperçoit qu'il y avait une faille béante. Probablement qu'il va falloir qu'il y ait une relation qui se retisse", a ajouté la source.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une future discussion sur l'avenir de l'alliance

L'Etat, qui note au passage que les administrateurs de Renault au conseil d'administration de Nissan ont voté jeudi 22 novembre la destitution de Carlos Ghosn de son poste de président, estime que la discussion sur l'avenir de l'alliance, où Renault est prépondérante, "peut avoir lieu".

En revanche, le moment pour une évolution des participations de chacun n'est pas opportun, a précisé la source, ajoutant que la partie japonaise avait assuré la France que telle n'était pas son intention.

Le conseil de Nissan a destitué jeudi à l'unanimité son président Carlos Ghosn, qu'il accuse de fraude financière. Les administrateurs de Renault, qui ont choisi pour leur part mardi soir de ne pas destituer officiellement le PDG du groupe au losange, optant pour une direction intérimaire, avaient exhorté le constructeur japonais à reporter sa décision.

avec Reuters (Jean-Baptiste Vey et Michel Rose, avec Gilles Guillaume, édité par Yves Clarisse)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS