L’électronucléaire pèserait 410 000 emplois en France

C’est ce que précise une étude quantitative menée par PwC, pour le compte d’Areva. Dans le détail, le secteur compterait 125 000 emplois directs, soit 4% des emplois dans l'industrie. Au lendemain du référendum sur la sortie du nucléaire en Italie, ces chiffres ont un certain écho. Analyse et explications avec Jeanne Lubek, responsable de l’enquête et économiste chez PwC.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’électronucléaire pèserait 410 000 emplois en France

L'Usine Nouvelle - Après l'Allemagne, c'est l'Italie qui décide de sortir du nucléaire. Cela aura-t-il un impact sur l'industrie électronucléaire française ?
Jeanne Lubek - Cela aura un impact mais nous ne pouvons commenter ces décisions souveraines. Il faudrait une enquête complémentaire pour quantifier les conséquences de ces décisions. Notre enquête actuelle ne prend pas en compte la période après Fukushima puisqu'elle a été construite en début d'année (avant le séisme du 11 mars, Ndlr). De plus, les chiffres utilisés sont ceux produits pour l'année 2009. Il s'agit d'une photographie à un instant T. Elle pourra être comparée ensuite d'une année sur l'autre.

Vous dites que le secteur représente 2% du Produit intérieur brut (PIB) si l'on prend en compte la valeur ajoutée directe*, indirecte et induite. Cela revient-il à dire que la fin du nucléaire amputerait le PIB de 2% ?
Notre étude ne mène pas à cette conclusion. Elle dit simplement qu'en cas d'arrêt brusque du nucléaire, nous savons que 2% du PIB serait perdu. Mais cette énergie serait remplacée et la perte – au moins partiellement – compensée. Grâce à cette étude, nous savons déjà ce que nous risquons de perdre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Renoncer aux EPR serait une perte d'emplois importante selon cette enquête. Pourquoi ?
Il ne s'agit pas d'une perte d'emplois. Mais construire un EPR crée des emplois pérennes. 8530 emplois directs et indirect sont générés en France pendant la phase d'études et de construction d'un EPR sur le territoire national. 3 750 emplois s'il se construit à l'étranger. Puis 1 650 emplois sont ensuite générés pendant 80 ans, pour l'exploitation, l'alimentation en uranium et le démantèlement.

L'enquête annonce que 125 000 emplois directs sont créés par l'ensemble de la filière électronucléaire. Comment ce chiffre a-t-il été obtenu ?
Nous avons choisi d'avoir une définition restrictive de ces emplois directs. Nous avons commencé par identifier les entreprises qui sont spécialisés dans l'électronucléaire. Puis, dans les comptes de ces 454 entreprises, nous avons regardé les chiffres d'affaires correspondant exactement à la filière afin d'établir les emplois directement lié au nucléaire. Avec les emplois indirects (achats liés à l'activité) et les emplois induits (associés aux dépenses des employés directs et indirects) le poids socioéconomique est de 410 000 emplois.

Quelles sont les entreprises que vous avez identifiées dans l'étude ? Les géants de l'atome sont-ils prédominants ?
Il a bien sûr les grands donneurs d'ordre comme EDF et Areva. Puis des acteurs institutionnels comme le CEA qui représente 4 000 emplois dans le secteur de l'électronucléaire. Suivent les entreprises de taille importante comme Bouygues-chantiers nucléaires, ou Spie nucléaire. Puis viennent les PME qui ne sont pas négligeables puisqu'elles représentent le tiers représentent le tiers des entreprises spécialisées identifiées.

* PwC estime que la valeur ajoutée cumulée des entreprises et institutions spécialisées dans le nucléaire (valeur ajoutée directe) s'établit à 12,3 milliards d'euros, soit 0,71% du PIB.

Cliquez ici pour lire le rapport

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS