Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’électrique se fait une place sur le marché du vélo

Publié le

Entre le 27 et le 29 mai se déroule dans toute la France la fête du vélo. Près de 200 villes, aux quatre coins de la France, participent à l’événement. L’occasion pour L’Usine Nouvelle de revenir sur un marché un peu particulier, mais porteur : celui du vélo électrique ou vélo à assistance électrique (VAE).

L’électrique se fait une place sur le marché du vélo © DR

Avec 38 000 unités vendues sur le marché français en 2010, la filière du vélo électrique ne représente en France qu’environ 1% du marché de 3,03 millions de vélos. Contre 10% par exemple aux Pays-Bas.

Si l’Hexagone reste derrière ses voisins européens sur le vélo électrique,  c’est notamment question de "culture", selon un responsable de Matra, constructeur de voiture reconverti dans les véhicules électriques destinés aux courtes distances depuis 2003.  "En Allemagne ou aux Pays-Bas, le vélo est depuis toujours utilisé pour les déplacements", assure-t-il.

A l’inverse, en France, le vélo est avant tout un outil de loisir ou de sport. Existant depuis une quinzaine d’années en Asie, le VAE ne se développe vraiment que depuis trois ans en France.

Progression de 60% par an

Et avec succès.  Selon les chiffres du Conseil National des Professions du Cycle (CNPC), le taux de progression du segment des VAE est de 60% par an. "C’est le produit qui progresse le plus sur le marché du vélo ces trois dernières années surtout, constate le président du conseil, Didier Huré.  Pour l’instant, c’est un petit marché mais appelé à devenir grand". Ils sont pour l’heure une dizaine de fabricants à se diviser le marché français, mais une partie de la production est aussi importée.

Matra est l'un d'entre eux. Ce fabricant qui fait partie des trois marques leaders du segment propose 13 modèles différents de vélos électriques avec des segmentations de marché comparables à celles du vélo traditionnel (sportif, loisir, etc). Ils sont conçus pour la plupart dans l’usine de Romorantin du groupe, mais pour les modèles les plus vendus, une partie de la production est effectuée à l’étranger.

"Mais nous songeons à rapatrier quelques éléments en France pour des questions d’économies de coûts, les frais de douanes et de déplacements devenant trop importants", explique le responsable. Selon lui, la France est donc sur la bonne voie pour rattraper son retard en matière de VAE d’ici à 5 ou 6 ans.

Ecologie et confort

Cet essor du marché tient au changement de mentalités, notamment en termes écologiques. "Avec le développement de transports propres et toute la communication attachée à ces nouveaux produits, les citoyens constatent que le vélo est un mode de déplacement écologique et donc moins coûteux qu’une voiture par exemple", explique Didier Huré.

Ainsi, en 2010, la part des consommateurs achetant un vélo comme moyen de déplacement est passée de 17% à 27%. A cela s’ajoute l’argument du confort. "Du fait de la présence de son moteur alimenté par des batteries lithium-ion, le VAE est un outil accessible à un plus grand nombre, puisqu’il permet de monter toutes les côtes un peu ardues sans se fatiguer", commente le responsable de Matra.

Malgré cette motorisation, le VAE conserve, dans la dernière réglementation européenne de 2010, l'appellation de "vélo". Ce qui permet à ses utilisateurs de rouler sans casque mais sur les pistes cyclables.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle