L’électricité d’origine éolienne aussi compétitive que celle des centrales à gaz

Selon une étude de l’Ademe, le coût de production de l’électricité d’origine éolienne est comparable, voire moins élevé, que celui des centrales combinées gaz. Pour autant, l’agence gouvernementale juge que les renouvelables ont toujours besoin de soutiens publics pour atteindre les objectifs que la France s’est fixés. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’électricité d’origine éolienne aussi compétitive que celle des centrales à gaz

Le temps des renouvelables hors de prix et inaccessibles sans aides publiques serait-il derrière nous ? Il semblerait que oui. Dans une étude présentée lors des Assises de la Transition Energétique, l’Ademe a calculé les coûts complets des différentes énergies renouvelables et constate que l’éolien terrestre est aujourd’hui capable de rivaliser avec les coûts de production des cycles combinés au gaz. C’est en particulier le cas de parcs de nouvelles générations dotés des turbines les plus puissantes. Quant aux grandes fermes photovoltaïques, elles sont toutes proches de devenir compétitives. A l’inverse, le solaire résidentiel, l’éolien en mer ou l’hydroliern ont encore des coûts très élevés.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans le graphique ci-dessus, les barres bleues représentent les fourchettes de coût de production de chaque énergie. La barre orangée donne la fourchette de coût de production des centrales combinées gaz. "L’éolien terrestre, avec une fourchette de coûts de production comprise entre 57 et 91 euros par mégawattheure (€/MWh) est le moyen de production le plus compétitif avec les moyens conventionnels comme des centrales à Cycle Combiné Gaz (CCG). Les centrales au sol photovoltaïques, pour les plus compétitives, entrent également désormais dans cette concurrence directe avec les moyens conventionnels", expliquent les auteurs.

Encore besoin de soutien

Les mêmes conclusions peuvent s'appliquer au chauffage où l’utilisation du bois s’établit entre 48 et 103 €/MWh, contre 84 à 153 €/MWh pour le gaz et l’électricité. Cependant cette parité de coût ne suffit pas : "Face aux objectifs de déploiement ambitieux des énergies renouvelables visant à freiner le réchauffement climatique, les soutiens publics restent nécessaires pour prolonger les baisses de coût, faciliter les investissements ou compenser les défaillances de marché", expliquent les auteurs.

Si les coûts de production au MWh deviennent comparables entre certaines énergies renouvelables et le gaz, il ne faut pas pour autant y voir une possibilité de remplacement. En l’absence de capacités de stockage de l’électricité, l’éolien et le photovoltaïque restent des énergies intermittentes qui fonctionnent, en France, un peu plus de 20 % du temps pour la première et 15 % du temps pour la seconde. Le gaz de son côté peut être appelé à la demande et fournir de l’énergie tout au long de l’année.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS