L’Egypte demande des explications à Orascom et France Télécom

Cette décision de l’autorité égyptienne de supervision financière (EFSA), mardi 14 février, fait suite à l’annonce du protocole d’accord annoncé la veille.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Egypte demande des explications à Orascom et France Télécom

France Télécom a annoncé lundi 13 février avoir conclu un protocole d’accord non engageant avec Orascom, la société détenue par Naguib Sawiris. Il prévoit le rachat anticipé de la majeur partie des actions détenues par Orascom au sein de Mobinil.

Dans un communiqué, les deux entités ont annoncé qu’elles envisageaient "la cession anticipée par Orascom à France Télécom de la plupart de ses actions dans Mobinil/ECMS, au prix de 202,5 Livres égyptiennes (EGP) par action".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

C’est ce sur quoi l’EFSA demande des justifications. "Orascom devrait expliquer aux actionnaires de Mobinil pourquoi il pourrait vendre sa part à France Télécom après avoir rejeté une offre plus élevée en 2009", explique l’autorité égyptienne dans un communiqué.

En effet, la bataille juridique entre Orascom et France Télécom a débuté en 2009 lorsque la justice avait condamné le premier à transférer sa participation dans Mobinil au Français.

Un an plus tard, un tribunal égyptien avait rejeté une OPA de France Télécom sur 49% d’ECMS, la société détenue à 51% par Mobinil (détenu majoritairement par France Télécom), à 20% par Orascom, les 29% restants étant flottants.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS