Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

L’Egypte change les règles sur le blé importé

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Premier importateur de blé mondial, l’Egypte vient de renforcer ses exigences phytosanitaires sur la qualité des blés qu’elle importe, qui devront désormais être certifiés sans ergot.

L’Egypte a provoqué un mouvement de panique chez les négociants en céréales, en annonçant une modification des règles phytosanitaires sur le blé importé : le premier acheteur mondial exiger désormais des lots sans aucune trace d’ergot, un champignon commun dans les céréales. "Personne ne prendrait le risque de faire une offre aussi risquée. Il est impossible de garantir zéro ergot", ont affirmé plusieurs traders à l’agence Reuters.

La General authority for supply commodities (GASC), en charge des approvisionnements du pays en matières stratégiques, autorisait jusqu’ici une teneur en ergot de 0,05%. Mais un représentant de l’autorité sanitaire (agriculture quarantine authority) vient de confirmer que toute trace, même marginale, de ce champignon provoquerait désormais l’interdiction d’approche du navire, pour préserver les cultures égyptiennes de toute contamination.

Les approvisionnements en blé sont un sujet sensible en Egypte, où la hausse du prix du pain a été au cœur d’émeutes à plusieurs reprises. La France exporte vers l’Egypte environ 700 000 tonnes de blé sur un volume total exporté de 11,5 millions de tonnes.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle