L’effet boomerang du "Made in..."

Pour les industriels allemands, le label ”Made in” s’il est vecteur de ventes peut aussi se retourner contre les fabricants.

Partager

L’effet boomerang du

En Allemagne, le Made in France suscite davantage d’images d’Epinal qu’il n’effraie réellement. Il faut dire que les industriels ont en matière de label, une longueur d’avance. Le « Made in Germany » créé au XIX ème siècle par les Anglais pour discriminer les produits d’Outre-Rhin a fait ses preuves sur les marchés internationaux, où bien souvent, les consommateurs, qu’ils soient chinois ou européens sont prêts à payer plus cher un produit « made in Germany ».

Toutefois les industriels allemands mettent leurs homologues français en garde. Il arrive en effet que le « made in... » se retourne contre le fabricant. « Si dans en Europe de l’Est, où les pays sont habitués aux produits d’importation, le label est un avantage, il en est tout autrement dans les pays qui fabriquent les mêmes biens. Là, une certaine fierté nationale fera que le produit local sera préféré », constate Alexander Schoellhorn, PDG de Pistenbully/Kässbohrer, fabricant d’engins et de dameuses de pistes. D’ailleurs, il s’imagine que l’arrivée prochaine d’un nouveau concurrent « Made in France » (Aztec à Annecy NdlR) suscitera la saison prochaine des réactions protectionnistes dans les stations françaises. Mais il ajoute que cette « préférence nationale » induite par le « Made in .... » vaut « surtout pour les biens d’équipement et pas du tout pour les biens de consommation ».

Doris Möller, directrice du département propriétés intellectuelles à la DIHK (la fédération des chambres de commerce et d’industrie) fait le même constat « Le Made in France va servir à renforcer l’image de produits déjà bien implantés sur le marché allemand où ils bénéficient déjà d’une aura, l‘agroalimentaire, les produits de luxe, l’habillement ». Par ailleurs, le « Made in France » peut également faire office de repoussoir aux industriels allemands désireux de s’implanter sur le marché français. La notoriété, voire le succès acquis Outre-Rhin par un produit « made in France » les dissuadera d’aller croiser le fer sur le même segment dans l’Hexagone.

D'Allemagne, Marie Luginsland

%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS