L’économie française évite de peu la récession

[ACTUALISE] - Dans sa première estimation, l’Insee a révélé ce 14 août qu'au deuxième trimestre le PIB a stagné. Des chiffres donc légèrement meilleurs que ceux présentés la semaine dernière par la Banque de France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’économie française évite de peu la récession

Consommation atone, ralentissement de l’investissement des entreprises face à la crise de la dette…autant d’arguments qui vont dans le sens d’un PIB en baisse. L'Insee affirme qu'il a stagné au deuxième trimestre. Ces données viennent donc confirmer ses propres prévisions de fin juin. La croissance est donc nulle comme sur les trois premiers mois de l'année 2012.

En évitant un recul du PIB, la France évite donc une entrée en récession, même s'il s'agit du troisième trimestre consécutif de recul. L'Insee a en effet révisé à la baisse ses chiffres du quatrième trimestre 2011 (0% au lieu de +0,1%), même si la croissance sur l'ensemble de l'an dernier reste inchangée à +1,7%.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les économistes de Reuters estimaient jusque là que le PIB pouvait reculer de 0,1% pour le deuxième trimestre. Un chiffre comparable à celui avancé par la Banque de France, qui table même pour le troisième trimestre sur un recul là encore de 0,1%.

En effet, selon la Banque de France, la conjoncture n'est pas très positive. Les dernières semaines ont été plus noires que prévu. Le moral des ménages est en berne, le chômage continue sa progression et les industriels sont confrontés à une concurrence de plus en plus rude au niveau international.

Pour l'Insee, dans ses prévisions de juin, le second semestre pourrait être marqué par un léger rebond permettant au PIB de progresser de 0,4% sur l’année. L'objectif du gouvernement d'une croissance de 0,3% sur l'ensemble de l'année 2012 reste réalisable, selon l'institut. Pour Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances interrogé sur Europe 1, cet objectif est tenable "dès lors que les troisième et quatrième trimestres seront un peu plus positifs. Cette prévision est prudente et raisonnable, et l'investissement se reprend un peu".

Craintes apaisées en Allemagne

Son voisin allemand craignait de mauvais chiffres aussi pour ce deuxième trimestre. En effet, l’Allemagne a enregistré des importations en net ralentissement. Mais la surprise est plutôt bonne en ce 14 août. Car l'Allemagen affiche un PIB au deuxième trimestre meilleur que prévu. Il est en effet en hausse de 0,3%. Reste que les craintes sont nombreuses encore face à la crise de la dette. Le ministre allemand de l’Economie Philipp Rössler a expliqué vendredi dernier qu’après la forte croissance du premier trimestre, la tendance s’est sensiblement affaiblie en raison du ralentissement de l’environnement international.

En zone euro, la tendance est plus morose. Le PIB recule sur la même période d'environ 0,2%. Selon l'institut Euler Hermes, "la zone euro est attendue en récession sur 2012 (-0,4%) en raison d’une chute de l’activité dans les pays du Sud, une faiblesse de la croissance dans le reste de la zone au deuxième trimestre notamment plombée par la dégradation de la conjoncture en Grèce, en Espagne et en Italie".

"Il y a un vrai souci de ce côté en Europe aujourd'hui et la faiblesse de l'investissement pose des problèmes pour la croissance potentielle à venir", a assuré à Reuters le responsable des études économiques chez Natixis Asset Management, Philippe Waechter. De son côté, Ludovic Subran chef économiste chez Euler Hermes "craint un ralentissement économique plus dur que prévu face à la panne de compétitivité des entreprises françaises".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS