Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

L'Ecole Polytechnique a son musée de l'X

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le

Images L'Ecole Polytechnique a rassemblé toutes ses archives pour en faire un musée. De précieux instruments de mesure, qui remontent à la création du prestigieux établissement en 1794, et beaucoup d'autres objets historiques y sont exposés. 

L'Ecole Polytechnique a son musée de l'X
Le musée de l'Ecole polytechnique sera inauguré le 2 juin. Quelques 300 instruments, tous utilisés par les élèves, sont exposés.
© Sybille Aoudjhane

Anémomètre, balance électro-magnétique, mais aussi uniformes, manuscrits sur les expéditions napoléoniennes, bustes d’inventeurs illustres... Le Mus’X présente les prestigieuses archives de l’Ecole Polytechnique. En plein centre du campus situé à Palaiseau (Essonne), au premier niveau de la bibliothèque, cœur de la connaissance, un espace lumineux accueille les vestiges du savoir de l’Ecole.

Quelques 300 objets sont exposés et retracent l’histoire de l’école d’ingénieurs qui a ouvert ses portes en 1794. En pleine Révolution, un comité de savants, parmi lesquels un certain Gaspard Monge, a voulu créer un lieu de formation pluridisciplinaire et préparatoire aux écoles plus pointues. "Lancée sans moyen et rapidement, l'Ecole avait besoin de matériel de travail. La plupart des objets ont été acquis grâce aux confiscations auprès des différents ordres", explique Marie-Christine Thooris, responsable du centre de ressources historiques de l’Ecole. La tradition perdure : tous ces objets sont des supports de travail pour les élèves. Aujourd’hui encore, les étudiants peuvent les utiliser lors de cours de travaux pratiques ou réaliser des dessins d’exécution autour de l’instrument.

 

Présenté au tout début de l’exposition, le microscope de Magny est un objet emblématique. Du nom d’Alexis Magny, opticien du roi entre 1751 et 1754, il s'agit d'une véritable œuvre d’art dotée d’une grande précision. Le microscope de type Cuff est muni d’un micromètre à pointe et d’un manipulateur à vis micrométrique avec un condensateur de lumière entre les pieds du socle. Le tube optique est recouvert de galuchat, un cuir de raie. "Peu de gens sont au courant que l’X a d’aussi belles collections" ajoute Marie-Christine Thooris: plusieurs objets sont même classés au titre des monuments historiques.

Objets de science et d'éducation depuis 1794

L’association Amusix (amis du musée de l’X) a réalisé un véritable travail de rapatriement des archives dispersées, afin de les mettre en valeur dans cette exposition. L’association travaille depuis quatorze mois avec l’équipe de muséographes de la société Altermuseo dirigée par Nadine Salabert. Ensemble, ils ont conçu un espace de plus de 900m2 ainsi que des lieux d’archivage pour les 500 autres objets du patrimoine de l’école.

Nadine Salabert a séparé l'espace en cinq sections, mettant chacune en valeur des œuvres phares.

La première partie, dédiée à la mesure et aux mathématiques, présente des instruments étalons en laiton comme un mètre, un litre et décalitre.

La zone intitulée "pratique et théorie" met en avant des objets électriques et magnétiques. On y trouve un aimant naturel provenant de Suède, confisqué à l’Académie royale des sciences.

A gauche, se trouve la machine hydroélectrique conçue par William Armstrong en 1850. Celle-ci produit de l'électricité "grâce à un jet de vapeur mêlé de gouttelettes d'eau", qui se frottent au générateur d'électricité, explique le musée. A droite, la machine électrostatique à plateau de Martinus Van Marum, datant de 1785. 

Le caractère exceptionnel du musée se trouve aussi dans la reconstitution du laboratoire de Louis-Joseph Gay-Lussac, entré à Polytechnique en 1797. L’Ecole a récupéré un riche fond d’archive du physicien et chimiste, dont 800 bocaux de produits chimiques et ses notes allant de ses fiches sur l’hydrogène...à sa recette de gelée de coing.

Cet appareil de Faucault a permis au scientifique de mesurer la vitesse de la lumière. 

Une dernière salle est consacrée aux expositions temporaires. L’ouverture du musée coïncidera avec une exposition sur Gaspard Monge. Professeur, ministre de la marine, inventeur de la géométrie descriptive, ami de Napoléon,... il est considéré comme le fondateur de l’Ecole que lEempereur appelait "la poule aux œufs d’or".

 

Mus’X sera inauguré le 2 juin 2018.

Il sera ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures.  


Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus