L'Usine Maroc

L’École Centrale de Casablanca doit ouvrir à Bouskoura à la rentrée 2014

, , , ,

Publié le

Pilotée au plan pédagogique par Centrale Paris, cette future école marocaine d’ingénieurs de haut niveau sera basée en périphérie de Casablanca. Payante, elle doit accueillir une centaine d'élèves en septembre 2014.

L’École Centrale de Casablanca doit ouvrir à Bouskoura à la rentrée 2014 © ecp.fr

C’est l’un des accords qui a été signé lors de la visite officielle de François Hollande au Maroc début avril (voir encadré), mais le projet remonte à quatre ans avec une forte accélération depuis 18 mois.

L’école d’ingénieurs Centrale Paris, une des plus prestigieuses du pays, pointant à la quatrième place du classement L'Usine Nouvelle 2013 poursuit activement le projet de création d’une école d’ingénieurs au Maroc basée sur le modèle "Centrale".

un montant de 100 millions de dirhams

Celle-ci se nommera "École Centrale de Casablanca" ou ECC. Elle sera située sur le campus universitaire de Bouskoura, en périphérie sud de Casablanca à mi-chemin entre le centre ville et l’aéroport Mohammed V. Le bâtiment reste à construire.

La réalisation de l’infrastructure est prise en charge par le Ministère du Commerce de l’Industrie et des Nouvelles Technologies pour c (8,5 millions d’euros), selon le Centre régional d'investissement (CRI) de Casablanca.

L’ouverture de l’ECC est prévue à ce stade pour la rentrée de septembre 2014. "Nous travaillons fortement sur ce projet mais beaucoup de choses restent encore à fixer", indique à L’Usine Nouvelle Gilles Gleyze, directeur du développement de Centrale Paris. 

atteindre rapidement plus de 150 élèves par promotion

La convention signée début avril fait suite notamment à une réunion entre les autorités marocaines et Geneviève Fioraso, ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche qui s’était tenue à Rabat, le 17 octobre 2012 et la  rencontre des deux chefs de gouvernement Jean-Marc Ayrault et Abdelilah Benkirane le 13 décembre 2012 à Rabat.

L'objectif est que l’effectif de la première promotion de l'École Centrale de Casablanca tourne autour de 100 élèves avec pour but d’atteindre rapidement plus de 150 élèves par promotion. L’ambition est de constituer une déclinaison des Écoles centrale pour le Maroc mais aussi au-delà, en créant un pôle capable d'attirer des étudiants venus de toute l’Afrique de l’ouest.

Au plan de l’organisation, l’École Centrale Casablanca sera un établissement public d’enseignement supérieur de droit marocain porté par la "Fondation École Centrale Casablanca", elle aussi de droit marocain.

un conseil d’administration où seront représentés l’État marocain et Centrale Paris

L’ECC délivrera un diplôme marocain d’ingénieur, bénéficiant du label du groupe des Écoles Centrales. Il est envisagé que ce diplôme puisse à moyen terme faire l’objet d’une demande d’homologation par la CTI (Commission du titre d’ingénieur) française.

La gestion de l’école sera assurée par un conseil d’administration où seront représentés l’État marocain et Centrale Paris à parité ainsi que d’autres personnalités qualifiées, notamment des représentants des Centraliens basés au Maroc.

La nomination des dirigeants se fera par consensus au sein du conseil d’administration. Le directeur qui sera marocain n’est pas encore choisi. Selon Centrale Paris, à ce jour 312 centraliens travaillent au Maroc et l’École compte 145 étudiants marocains en cycle ingénieur.

Le processus de sélection sera similaire à celui des Écoles centrale en France à savoir un recrutement sur concours à l’issue de deux années de classes préparatoires post bac, mais des admissions sur titre sont aussi envisagées.

L’école casablancaise sera payante

À noter que l’École centrale créée en Chine à Pékin se base sur une scolarité de 6 ans faute de l’existence d’un système de classe préparatoire dans ce pays.

L’école casablancaise sera payante mais le montant des frais de scolarité n’est pas encore défini. "Il y aura un volant de boursiers. L’idée est que les élèves brillants ne puissent être empêchés de suivre la scolarité pour des raisons financières", explique Gilles Gleyze. 

En matière d’enseignement, Centrale Paris travaille encore à l’établissement du cahier des charges en relation avec les ministères concernés. "Il y a encore beaucoup à faire de ce côté. Nous voulons aboutir à un projet précis et conforme à nos standards de qualité que ce soit en matière de pédagogie ou de relation avec les entreprises par exemple", indique Gilles Gleyze.

"Ce projet ne coûtera rien au contribuable français"

Centrale Paris fera payer l’ingénierie pédagogique à l’école prix coûtant. "Ce projet ne coûtera rien au contribuable français, mais clairement il ne s’inscrit pas dans une logique commerciale", précise Gilles Gleyze. Le coût de fonctionnement de l’école sera pris en charge par le gouvernement marocain que ce soit par exemple le loyer ou les salaires des professeurs.

Le corps enseignant sera majoritairement marocain, notamment avec des anciens de Centrale installés au Maroc, des vacataires, avec l’appui aussi de professeurs des Écoles centrale françaises, de l’ENS Cachan ou de Supelec et des intervenants en mission. "Il ne s’agit pas d’une école délocalisée faite par des professeurs français ; il est essentiel que l’établissement soit parfaitement inséré dans son environnement", conclut Gilles Gleyze.
 

Pierre-Olivier Rouaud

 

Une convention entre le Royaume du Maroc et Centrale Paris
La convention relative à la création de Centrale Casablanca a été signée le 3 avril entre l’école représentée par Geneviève Fioraso, ministre française de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et l’État marocain représenté par les ministres de l’Économie et des Finances, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique et de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies. La signature a eu lieu hier au Palais royal de Casablanca en présence du roi Mohamed VI, de François Hollande et de Hervé Biausser, directeur de Centrale Paris. Selon le communiqué, la convention "régit les grands principes relatifs au fonctionnement, notamment les statuts, les missions, la gouvernance, le financement, la pédagogie et le diplôme. Cette signature fait suite à la convention cadre pour la création d’une école d’ingénieurs au Maroc signée en février 2009 et son avenant en octobre 2010". Centrale Casablanca s’intègre dans "le plan marocain pour le développement de l’industrie opérationnalisé par le Pacte National pour l’Émergence Industrielle 2009-2015".

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte