L'Usine Aéro

L'échec des satellites Galileo dû à un problème de tuyauterie

Hassan Meddah , ,

Publié le

Le quatrième étage du lanceur Soyouz chargé de mettre sur orbite les satellites Galileo (le GPS européen), aurait subi une panne d'alimentation car son carburant a gelé pendant le vol. La responsabilité du fabricant russe NPO Lavotchkine est clairement engagée.

L'échec des satellites Galileo dû à un problème de tuyauterie © ESA

La commission d'enquête mise sur pied par Arianespace commence à comprendre pourquoi les deux satellites Galileo lancés par une fusée Soyouz, le 22 août dernier, ne sont pas arrivés sur leur bonne orbite. L'échec à 150 millions d'euros subi par le grand programme européen de services de radionavigation destiné à concurrencer le GPS américain, serait dû à un problème de tuyauterie !

Selon le journal Le Monde, le carburant qui alimentait le quatrième étage de la fusée Soyouz, le module Fregat, aurait gelé pendant le vol. Il circulait dans un tuyau trop proche d'un autre tuyau contenant de l'hélium très froid. Résultat: sans carburant, le véhicule Fregat n'a pas pu positionner sur la bonne orbite les deux satellites.

La piste du dysfonctionnement de la sonde inertielle, équipement qui permet au véhicule spatial de connaître sa position et son orientation dans l'espace, semble donc être écartée.

Des conclusions le 6 ou 7 octobre

La responsabilité du fabricant russe du module Frégat est clairement engagée. Des zones d'ombre subsistent toutefois : si l'échec est dû à un problème de design comme certains désormais l'avancent, comment se fait-il que le Fregat ait démontré depuis les années 2000 une fiabilité sans faille ou presque avec 46 missions accomplies ?

C'est sans doute pour lever les derniers coins d'ombre et réaliser des ultimes vérifications que des membres de la commission d'enquête se sont rendus une nouvelle fois à Moscou en Russie. Ces experts remettront au plus tôt leurs conclusions, le 6 ou 7 octobre. Si la panne est clairement identifiée et surtout résolue, Arianespace espère pouvoir procéder au lancement de deux nouveaux satellites Galileo à partir d'une fusée Soyouz dès décembre prochain.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte