Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

L'axe Rabat-Dakar renforcé à la suite de la visite du président sénégalais au Maroc

, , , ,

Publié le

Le voyage officiel effectué au Maroc, du 25 au 27 juillet, par le président sénégalais, Macky Sall, a réuni tous les ingrédients pour renforcer des liens déjà forts entre les deux pays africains.

L'axe Rabat-Dakar renforcé à la suite de la visite du président sénégalais au Maroc
Baidy Agne, représentant du Conseil national du patronat du Sénégal, et Meriem Bensaleh, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc
© maroc.ma

Un modèle de la coopération sud-sud ? Cinq mois à peine après le séjour du roi Mohammed VI à Dakar, le président sénégalais Macky Sall vient de conclure un déplacement de quatre jours du 25 au 27 juillet. Il a notamment abouti à  la signature de sept accords bilatéraux.

"un partenariat stratégique"

En mars déjà, deux accords bilatéraux avaient clôturé le séjour de Mohammed VI à Dakar. Le premier concernait le transport routier de voyageurs et de marchandises. Le second renforçait la coopération dans les domaines des mines, des hydrocarbures, de l'électricité et des énergies renouvelables.

Le souverain marocain avait alors déclaré : "la coopération maroco-sénégalaise constitue un partenariat stratégique, multiforme et volontariste, grâce notamment à l'échange régulier de visites entre hauts responsables (…) ainsi qu'au soutien politique réciproque et systématique".

En effet, Dakar soutient traditionnellement Rabat sur le plan diplomatique, notamment sur la question du Sahara occidental alors que sur le Mali, les deux pays prônent une position commune en faveur de l’intégrité territoriale.

Les liens ancestraux ne manquent pas

La contribution marocaine a permis entre autres la construction d'une autoroute de 40 km au Sénégal, ainsi qu'un terminal à conteneurs sur le port de Dakar. La coentreprise avec la Société maritime de l'Atlantique (SOMAT) permet  de gérer la ligne maritime Tanger-Nouakchott-Dakar reliant le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal. Elle se greffe aux dessertes aériennes et routières existantes.

Les liens ancestraux ne manquent pas. Une histoire commune, des valeurs consolidées par la pratique d'une même religion, l'Islam, a fait souligner au président sénégalais que "la Grande mosquée de Dakar (est un) don du Roi Hassan II".

Au niveau politique, comme le Sénégal est souvent cité en exemple pour les progrès de sa démocratie, le Maroc a avancé dans la même direction avec la réforme de sa Constitution en 2011.

une soixantaine d'accords lie Rabat à Dakar

Sur le plan économique, une soixantaine d'accords lie Rabat à Dakar dans de multiples domaines tels que l'investissement, l'assistance technique, le BTP ou les transports aérien et routier.

Les indicateurs de développement du Sénégal sont largement perfectibles. Le secteur primaire par exemple fait travailler la moitié de la population active alors que ses activités ne participent qu'au sixième du PIB pendant que celui du tourisme stagne.

Pour attirer les investisseurs étrangers, le Sénégal doit améliorer notamment son climat des affaires terni par un médiocre 166ème rang sur 185 au classement Doing Business 2013 après avoir occupé la 152ème place sur 183 en 2011. Pour comparaison, le Maroc a décroché la 97ème place à ce même classement.

Le Souverain marocain a relevé lors de son allocution "la hausse des investissements privés marocains, réalisés au Sénégal dans les secteurs banquier, financier et des assurances".

UN solde de la balance commerciale en faveur du Maroc

Le solde de la balance commerciale est nettement en faveur du Maroc qui a progressé de 132% en 2012. Si les exportations ont été selon l'office des changes marocain de 2,1 milliards de dirhams (188 millions d'euros) cette même année, le Maroc a vu ses importations (coton et produits alimentaires essentiellement) du Sénégal baisser de 37% en 2012 représentant 29,4 millions de dirhams (2,6 millions de dirhams).

Stimulés par la hausse sensible des exportations marocaines (produits énergétiques, fils et câbles électriques, produits alimentaires, médicaments, produits de confection), les échanges commerciaux entre les deux pays ont bondi de 116%, passant à 2,13 milliards de dirhams (190,7 millions d'euros) en 2012.

Traduction de ces échanges, plusieurs entreprises et institutions marocaines se sont implantées au Sénégal, BMCE Bank et Attijariwafabank par exemple. Banque Populaire, Royal Air Maroc, Addoha, sont parmi les plus connues.

Nasser Djama

 

Les sept accords bilatéraux
Coopération entre le Conseil économique, social et environnemental du Maroc et le Conseil économique, social et environnemental du Sénégal, coopération dans le domaine des affaires islamiques, coopération dans le Tourisme, mémorandum dans le transport maritime, partenariat économique entre les patronats, coopération entre la Caisse de dépôt et de gestion du royaume du Maroc (CDG) et la Caisse des dépôts et des consignations du Sénégal (CDC), partenariat entre l'Agence de développement de l'Aquaculture du Maroc et l'Agence nationale de l'aquaculture du Sénégal.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle