Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'axe franco-allemand de Dachser

, ,

Publié le

L’entreprise germanique, bien implantée en France, applique les recettes allemandes et a mis en place une coopération étroite entre les deux pays. Avec un certain succès.

L'axe franco-allemand de Dachser
Depuis l’Allemagne Dachser exporte deux fois plus vers la France qu’elle n’importe.

Chez l’allemand Dachser, l’axe franco-allemand se vérifie. Ce prestataire logistique est bien implanté des deux côtés de la frontière. Il pèse 5,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec 27 450 salariés. L’Allemagne a elle seule représente 60 % de l’activité et la moitié des effectifs. Mais la France est tout de même son second marché avec 828,9 millions d’euros de chiffre d’affaires et plus de 3 000 employés. En 1999, Dachser s’est renforcé en rachetant le français Graveleau. Pour l’entreprise, l’Hexagone est le premier pays exportateur vers l’Allemagne et réciproquement. Le niveau des échanges est cependant déséquilibré, puisque les flux allant de l’Allemagne vers la France sont deux fois plus importants. Depuis quelques années, Dachser a choisi d’appliquer certaines recettes allemandes à toute son activité. Notamment la démarche industrie 4.0. « Elle pousse les acteurs à échanger, afin de trouver des solutions adaptées aux uns et aux autres pour être plus efficace », explique Vincent Hahn, le directeur commercial et logistique de Dachser France.

Associer les managers

Le système allemand est aussi très décentralisé, ce qui présente des avantages, selon Vincent Hahn. Le mode de gouvernance de l’entreprise s’en inspire avec un « Kreis » (cercle en français), réunissant l’ensemble des directeurs des différentes zones économiques où ceux-ci peuvent échanger autour des problématiques rencontrées. Au sommet de l’entreprise, l’un des quinze directeurs est chargé de porter cette voix du terrain. Surtout, Dachser a mis en place des partenariats. À chaque manager français d’une zone économique est associé un manager allemand. Ils échangent sur leurs difficultés, les bonnes pratiques, définissent des objectifs communs… « Échanger permet presque toujours de résoudre les problèmes pour les clients qui veulent importer ou exporter », souligne Vincent Hahn. Mis en place en 2011, le système a été installé progressivement. « Comme tout changement, cette organisation a pris du temps. Il a fallu deux ans pour qu’elle fonctionne », précise-t-il. Mais couplée au mode de gouvernance, elle a fait ses preuves. Alors que le marché français perdait « beaucoup d’argent », il en gagne depuis trois ans.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle