L'aviation commerciale sur le devant de la scène à Farnborough

par Matthias Blamont

Partager

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Les constructeurs aéronautiques ont encore voulu prouver mardi la solidité de la reprise de leur secteur en annonçant pour la deuxième journée du salon de Farnborough une nouvelle série de commandes.

Depuis le début de la manifestation, organisée au sud de Londres, les loueurs d'avions affichent également dynamisme et confiance dans leur modèle économique.

Le loueur américain Air Lease créée par Steven Udvar-Hazy, ancien fondateur d'ILFC, a annoncé deux commandes mardi avec l'achat de 60 court et moyen-courriers 737 de nouvelle génération auprès de l'américain Boeing et de 20 monocouloirs E190 auprès du brésilien Embraer.

La société avait notifié lundi à l'européen Airbus une commande pour 51 avions de la famille des moyen-courriers A320.

Jusqu'ici les commandes d'Air Lease sont estimées, sur la base des prix catalogue, purement indicatifs, à quelque 9,4 milliards de dollars (7,2 milliards d'euros).

"Nous regardons vers les étoiles. Cette industrie va croître", a déclaré Steven Udvar-Hazy, vu par certains comme une des vedettes du salon cette année.

Lundi, la filiale de location d'avions contrôlée par General Electric, Gecas, avait signé l'achat de 40 737 et de 60 A320.

Les autres grandes annonces sur le terrain des commandes sont venues mardi de la compagnie aérienne chilienne LAN Airlines avec un contrat portant sur l'achat de 50 A320 et du transporteur britannique Flybe qui prévoit d'intégrer dans sa flotte 35 Embraer E, une transaction assortie d'options pour 65 appareils supplémentaires et de droits futurs d'achat pour 40 appareils.

Comme s'y attendaient les spécialistes, les nouvelles affaires proviennent essentiellement des zones économiques émergentes.

"La demande des compagnies, contrairement à celle des loueurs, est surtout située en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Russie, des zones considérées à haut potentiel de croissance", analyse Howard Wheeldon, stratège senior au Boston Consulting Group.

"Ma question est: où sont les commandes américaines et européennes? Seront-elles là dans deux ans? C'est peu probable. L'industrie du transport aérien se porte mieux qu'avant mais elle n'est toujours pas rétablie", a-t-il ajouté.

"INABORDABLES"

Autre signe du dynamisme des pays émergents, le constructeur russe Soukhoï a vendu 12 exemplaires de son futur avion civil Superjet 100 à la compagnie thaïlandaise Thai Airlines .

Le secteur de la défense, réputé stable en période de crise - sauf lorsqu'il s'agit d'une crise des finances publiques -, a offert un contraste saisissant.

L'Italie a prévenu par la voix de son ministre de la Défense, Ignazio la Russa, qu'elle envisageait de réduire de 25 appareils sa commande de 121 Eurofighter, des avions de combat assemblés par l'européen EADS, le britannique BAE Systems et l'italien Finmeccanica.

Le secrétaire à la Défense britannique, Liam Fox, a de son côté estimé que les programmes de défense étaient trop onéreux.

"Les programmes de défense actuels sont totalement inabordables et l'inévitable réalité est que du changement arrive, a-t-il averti, l'industrie devra nous aider en réduisant les coûts et en améliorant l'efficacité."

En France, le ministère de la Défense se prépare à réduire le budget des armées de 3,5 milliards d'euros par rapport aux 95 milliards prévus sur la période 2011-2013.

Ces considérations n'ont pas empêché les industriels et militaires présents d'admirer les démonstrations en vol du F-22 Raptor de l'armée de l'air américaine, un avion qui n'est d'ailleurs pas commercialisé à l'exportation.

Avec la contribution de Tim Hepher et Rhys Jones, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS