L’avenir incertain du fabricant de pet food ATM

Placé en redressement judiciaire, le fabricant d’aliments secs pour chiens et chats en saura davantage sur son sort le 22 octobre. La société se retrouve prise en étau entre une concurrence agressive et un investissement industriel qui pèse sur ses comptes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’avenir incertain du fabricant de pet food ATM

Basée à Longué-Jumelles (Maine-et-Loire), ATM fabrique du pet food sec vendu uniquement sous marques de distributeurs (MDD), un marché exposé à une surcapacité de production. La situation engendre une pression tarifaire renforcée par la concurrence agressive des marques nationales adossées à des multinationales. A cela s’ajoute le poids de la dette de 26 millions d’euros générée par la nouvelle usine, opérationnelle depuis fin 2006 et la perte en début d’année d’un contrat national avec Leclerc pesant 10 millions d’euros de ventes annuelles.

L’été dernier, son fondateur et actionnaire majoritaire, Eric Charles, pense sortir de l’ornière dans le cadre d’une procédure de sauvegarde. Présenté par le cabinet parisien Prosphères, le plan de retournement qui nécessite d’importants investissements pour restructurer l’entreprise, avec un plan social à la clé, reçoit son aval mais pas celui de l’autre actionnaire, le fonds spécialisé Agro Invest (Bpifrance, Sofiprotéol, Crédit agricole), désireux aujourd’hui de se désengager de ce secteur en France. Pressée par le temps, la société a dû se résoudre à demander le 24 septembre 2014 une mise en redressement judiciaire dans l’espoir de trouver un repreneur.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les offres seront présentées au tribunal de commerce le 22 octobre.

ATM emploie 222 salariés dont 172 à Longué-Jumelles et 40 à Sens (Yonne) où il a repris en 2011 une unité de Provimi. Il a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 76,3 millions d’euros pour un résultat net négatif de - 3,9 millions d'euros.

Jacques Le Brigand

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS