Quotidien des Usines

L'avenir des sept sites VDO en France en question

, , ,

Publié le

En Allemagne, le puissant syndicat IG Metall a affirmé craindre jusqu'à 7 000 suppressions de postes.

L'avenir des sept sites VDO en France en question

Après l'énorme acquisition de VDO, l'équipementier automobile Continental, désormais nouveau numéro cinq mondial, va devoir se restructurer pour digérer l'opération. En Allemagne, le syndicat IG Metall a annoncé craindre 6.500 à 7.000 suppressions d'emplois.

Le nouvel ensemble Continental -VDO représente 140 000 salariés, dont près de 50 000 en Allemagne pour un chiffre d'affaires de 25 milliards d'euros.

« Il y aura des suppressions d'emplois », a reconnu pour sa part Manfred Wennemer, le PDG de Continental, sans donner de précisions. Le groupe affirme vouloir d'abord étudier l'impact des restructurations menées par Siemens au sein de VDO avant d'annoncer son propre plan.

En France, Siemens VDO possède sept sites de production et emploie au total 4.400 salariés.

A Toulouse (Haute-Garonne), l'équipementier automobile emploie 1950 personnes pour la fabrication de calculateurs d'habitacles, de capteurs électroniques et d'écrans pour systèmes de navigation. Environ 1.100 employés travaillent sur son site de Rambouillet (Yvelines), spécialisé dans les systèmes électroniques embarqués.

VDO possède également une unité à Asnières (Hauts-de-Seine) spécialisée dans la fabrication de pompes à injection (100 salariés) ainsi qu'un site en Moselle (120 salariés) d'assemblage de cockpit de la Smart et un site de production de moteurs électriques dans la Sarthe (280 salariés).

De son côté, Continental possède déjà quatre sites de production en France. Deux usines sont spécialisées dans la production de pneumatiques, à Clairoix (Oise) et à Sarreguemines (Moselle). Plus grosses implantations du groupe en France, elles emploient respectivement 1100 et 1240 salariés.

Continental possède également un site de 694 salariés à Lyon (Rhône), Contitech Anoflex spécialisé dans la production de flexibles pour voiture, ainsi qu'une unité plus restreinte à Angers où sont fabriqué des calculateurs d'injection. La fermeture de ce dernier site est programmé d'ici 2009.

Solène Davesne

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte