Quotidien des Usines

L’avenir de Kem One s’éclaircit

, , ,

Publié le

Kem One investit 250 millions d’euros en trois ans, dont 150 millions dans la transformation de son unité d’électrolyse de Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône).

Le chimiste Kem One a déjà engagé 45 millions d’euros pour remplacer et moderniser son unité d’électrolyse de Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône). Un projet global de 150 millions d'euros qui sera pleinement opérationnel fin 2016.

Le groupe présidé par Alain de Krassny prévoit d’investir au total 250 millions d’euros en trois ans, une centaine de millions d'euros étant consacrés à rendre plus fiable son outil de production. De nouvelles chaudières ont déjà été installées sur le site de Balan (Ain) pour produire de la vapeur.

Seul l’incendie de l’usine Naphtachimie de Lavéra, fournisseur de vapeur, d’électricité et d’éthylène, a perturbé le renouveau de l’entreprise pendant deux mois à la fin du premier semestre 2015. Cet arrêt de production s’est soldé par un manque à gagner de 20 millions d'euros. Mais "on a bien tenu le choc. On est devenu plus résilient", constate Alain de Krassny.

Un avenir prometteur pour Kem One

Le feu vert de la commission européenne au plan de reprise de l’ancien pôle vinylique d’Arkema et le rachat des activités aval au financier américain Gary Klesch ont aussi levé des hypothèques sur l’avenir de Kem One qui envisage de dégager des résultats à partir de 2016 après une année 2015 à l’équilibre. "La nette amélioration de nos résultats financiers montre que nous sommes sur la bonne voie et que tous les efforts engagés au sein de l’entreprise commencent à porter leurs fruits", observe l’industriel. Les baisses du prix du pétrole et des taux d’intérêt sont aussi favorables à l’industrie pétrochimique.

Regroupées au sein de Kem One Innovative Vinyls, les activités aval comprennent la production de compounds, de profilés et de PVC. Elles représentent un chiffre d’affaires de 322 millions d'euros pour 1 100 salariés. Elles assureront la livraison de 80 000 tonnes de PVC par Kem One sur une production totale annuelle de 600 000 tonnes.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte