Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

L’avenir de Bourbon passe par la digitalisation

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Après un bilan 2017 négatif, le groupe français spécialisé dans les services maritimes à l’offshore pétrolier et gazier accélère sa transformation en réorganisant ses activités et en misant sur le numérique.

L’avenir de Bourbon passe par la digitalisation © F. Le Bihan © MARINE NATIONALE

C’est dans le cadre prestigieux de l’Aéro-Club de France que le groupe Bourbon a présenté, mardi 13 février 2018, sa nouvelle stratégie devant une assemblée d’investisseurs, sur fonds de résultats 2017 décevants. En effet, si les résultats consolidés seront publiés le 15 mars prochain, Gaël Bodénès, le directeur général délégué, a annoncé une perte consolidée de 600 millions d’euros – plus du double par rapport à 2016 – due aux conditions difficiles du marché. Le chiffre d’affaires consolidé devrait atteindre 793,6 millions d’euros (- 21,3%) selon les résultats annoncés le 8 février dernier.

D’ailleurs, Gaël Bodénès ne s’attend pas une hausse des tarifs avant 2020. Du coup, impossible d’attendre les bras croisés le retour des beaux jours. "La crise a mis en évidence la nécessité d’un changement de modèle et c’est tout l’enjeu du plan", a-t-il précisé.

Connecter les navires

Un plan qui s’appuie sur deux priorités : une réorganisation des activités du groupe spécialisé dans les services maritimes pour l’offshore pétrolier essentiellement (transport des salariés vers les plates-formes, réparation sous-marine, installations en mer) et une digitalisation à marche forcée. Le groupe va être divisé en trois filiales : Bourbon Marine & Logistics, Bourbon Subsea Services (opérations sous-marines) et Bourbon Mobility (transport de passagers). Chacune de ces entités définira sa stratégie et disposera d’une gouvernance dédiée avec un directeur général qui rapportera à un Conseil d’administration.

Le deuxième pilier de cette transformation est digital. Si 41 navires considérés comme "non-smart", car trop anciens, doivent être vendus, 132 navires de la future filiale Bourbon Marine & Logistics doivent être connectés au rythme de 30 à 40 unités par an. Un investissement de 75 millions d’euros. Mais c’est tout le groupe qui passera par la digitalisation pour réduire les effectifs sur les navires grâce à l’automatisation de certaines tâches, diminuer les coûts notamment avec la maintenance prédictive, améliorer la sécurité et le service. Un virage qui sera sans aucun doute apprécié par les compagnies pétrolières.

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus