Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L'autorité nucléaire japonaise va soumettre au public son projet de nouvelles normes

, ,

Publié le , mis à jour le 11/04/2013 À 07H10

Durant 30 jours à partir de ce jeudi 11 avril, l'autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire va soumettre à l'appréciation du public un projet de durcissement des normes de sûreté des centrales atomiques.

L'autorité nucléaire japonaise va soumettre au public son projet de nouvelles normes © Hirorinmasa - Wikimedia Commons

Pour éviter un nouveau Fukushima, l'autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire a préparé un projet de durcissement des normes de sûreté des centrales atomiques. A partir du jeudi 11 avril et pendant 30 jours, ce projet à l'appréciation du public. Les mesures envisagées recevront les commentaires des personnes le souhaitant, avant une validation des règles qui devraient entrer en application cet été.

Le régulateur japonais propose notamment d'interdire la construction ou l'exploitation de centrales au-dessus d'une faille géologique potentiellement active, une notion qui va être corrigée pour englober les failles dont on considère qu'elles ont bougé dans les 400 000 dernières années, au lieu des 130 000 dernières.

Tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima

Autre exemple : les centrales du même type que celle de Fukushima devront être équipées de systèmes de ventilation dotés de filtres, ce qui n'est pour le moment pas le cas de nombreux réacteurs à eau bouillante (REB) de l'archipel. Le système de ventilation des centrales permet d'empêcher l'accumulation d'une pression excessive dans l'enceinte de confinement, et donc d'éviter les explosions. Mais en cas de ventilation volontaire, en l'absence de filtrage, de nombreux éléments radioactifs sont rejetés à l'extérieur, ce qui fut le cas à Fukushima.

Le document exige également de mettre en place les moyens de garantir une poursuite des fonctions de refroidissement des réacteurs et piscines de désactivation du combustible, même en cas de très grave accident. Il est aussi souhaité qu'existe, à distance des réacteurs, un centre redondant qui permette de conserver le contrôle des installations y compris si ces dernières sont en partie détruites ou inaccessibles.

Mise au normes progressive

Une fois son projet validé, l'autorité nucléaire japonaise devra statuer sur la possibilité de réouverture de chaque centrale. Actuellement, 48 des 50 réacteurs de l'Archipel sont à l'arrêt. Le régulateur pourrait accorder des délais de grâce pour les travaux et autoriser des réacteurs à redémarrer, à condition notamment que les compagnies s'engagent à les mettre aux normes. Cette instance, indépendante du gouvernement pro-nucléaire, a été établie en septembre 2012 pour remplacer la précédente qui, trop inféodée au ministère de l'Industrie, avait failli à sa mission.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle