L'Usine Energie

L'Autorité de sûreté nucléaire surveillera de près la reprise dans les centrales d'EDF

, , , ,

Publié le , mis à jour le 29/04/2020 À 07H30

Au déconfinement, EDF va pouvoir relancer certains travaux dans ses centrales nucléaires. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué qu'elle surveillerait de près la reprise de ces opérations dans le contexte du Covid-19. Elle a également formulé plusieurs recommandations à la filière.

L'Autorité de sûreté nucléaire surveillera de près la reprise dans les centrales d'EDF
EDF va pouvoir relancer au cours des prochains mois une partie des travaux suspendus au sein de son parc nucléaire depuis la mi-mars. /Photo prise le 20 février 2020/REUTERS/Arnd Wiegmann
© ARND WIEGMANN

La reprise des activités au sein des centrales nucléaires d'EDF devra faire l'objet d'une vigilance toute particulière, a prévenu mardi 28 avril le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Bernard Doroszczuk. L'ASN a averti sur des risques liés à des facteurs humains et organisationnels. Selon elle, des reports d'activités pourraient avoir lieu jusqu'en 2021 et EDF doit rester prudent sur l'alimentation électrique de la France pendant les périodes hivernales.

La production nucléaire française ralentie

Affecté par les mesures de confinement, EDF a prévenu mi-avril que la production nucléaire française devrait s'établir en 2020 à son plus bas niveau depuis trente ans. Alors qu'une levée progressive du confinement se profile en France à partir du 11 mai, le groupe va cependant pouvoir relancer au cours des prochains mois une partie des travaux suspendus au sein de son parc nucléaire depuis la mi-mars.

"La reprise d'activités sera une période qui méritera une extrêmement grande vigilance de la part de l'exploitant, de l'ensemble des prestataires et de la part des autorités de contrôle", a déclaré Bernard Doroszczuk lors d'une audition en visioconférence organisée par la commission du développement durable du Sénat.

"Les chantiers seront plus longs", prévient l'ASN

Évoquant certaines équipes "fatiguées et stressées", le président de l'ASN a souligné qu'une part de "facteurs humains" devrait être intégrée dans le rythme de reprise envisagé par EDF. "Il y a un certain nombre de règles du jeu qui vont être différentes, les conditions d'interventions et de travail ne seront pas les mêmes, les chantiers seront plus longs et plus séquencés [...], donc la totalité des opérations devra faire l'objet d'une grande vigilance, ce que nous ferons, notamment à travers des inspections sur sites", a-t-il poursuivi.

Bernard Doroszczuk a estimé que les reports d'activités au sein des centrales nucléaires françaises auraient des impacts "jusqu'au printemps 2021, et vraisemblablement [...] sur la campagne 2021-2022". L'ASN juge en outre essentiel qu'EDF maintienne des marges suffisantes pour assurer l'alimentation en électricité de la France, en particulier lors des périodes hivernales. Faute de quoi la sécurité d'approvisionnement et la sûreté pourraient entrer en conflit.

L'ASN donne plus de délai pour les diesels de secours

Bernard Doroszczuk a annoncé que la date limite fixée à EDF au 30 juin 2020 pour mettre en service certains diesels de secours dans les centrales françaises - une mesure décidée après l'accident de Fukushima en 2011 - devrait être reportée "du fait de la défaillance du prestataire américain, retourné aux Etats-Unis".

L'ASN a cependant confirmé qu'elle prévoyait de rendre fin 2020 son avis, attendu de longue date, sur une éventuelle prolongation de la durée de vie des réacteurs de 900 mégawatts d'EDF. "Le quatrième réexamen périodique des réacteurs de 900 MWe marque une échéance importante, puisque certains des matériels de ces réacteurs seraient amenés à fonctionner au-delà de leurs hypothèses initiales de conception", explique l'ASN dans un communiqué.

L'autorité a en outre rappelé qu'elle jugeait "urgent" de mettre en place des capacités supplémentaires d'entreposage de combustibles nucléaires usés en France, en particulier après le court arrêt de l'usine de retraitement de La Hague (Manche) survenu au début de la période de confinement. "Il n'y a pas de difficulté aujourd'hui, mais si [...] le retraitement avait dû être arrêté pendant une longue période, cela aurait mécaniquement conduit à générer plus de combustibles usés qu'il aurait fallu entreposer."

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Gwénaëlle Barzic)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte