Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

L’automobile toujours impactée par le séisme au Japon

Publié le

Les répercussions industrielles de la catastrophe japonaise du 11 mars vont encore se faire sentir dans les mois à venir. Et l’automobile fait partie des secteurs les plus sensibles. C’est ce que révèle une étude du cabinet Décision, chargé par le ministère de l’industrie quelques jours après le séisme, de créer un observatoire.

L’automobile toujours impactée par le séisme au Japon © DR

Son objectif : évaluer la vulnérabilité et mesurer l’impact concret de la dynamique de cette catastrophe sur les approvisionnements en électronique en France.

Avec une trentaine de microcontrôleurs par véhicule – une par fonction, comme le lève-vitre ou l’essuie-glace mais aussi pour les fonctions de sécurité comme l’ABS ou l’airbag- l’automobile consomme beaucoup de composants électroniques produits essentiellement au Japon. "Le marché des microcontrôleurs est détenu à 44% par les japonais, dont 60% sont utilisés dans l’automobile", précise Patrice Vaslot, consultant au cabinet Décision. A cela s’ajoute la prédominance de l’archipel sur les condensateurs aluminium, puisque plus de 80% y sont produits. En tête, le groupe Renesas qui détient 44% de ce marché, a dû arrêter 8 de ces usines suite à la catastrophe. Toutes n’ont pas rouvert.

"A cause de cette domination, il y a une grande dépendance sur ce type de produits", constate Patrice Vaslot. Le secteur automobile est d’autant plus fragilisé que le double sourcing (plusieurs fournisseurs référencés pour un même produit) a été abandonné depuis longtemps en raison du coût qu’il représente. Jusqu’à présent, les stocks et les encours de production ont permis de tenir, mais la production actuelle n’est pas suffisante pour irriguer le marché. "Nous entrons dans une période critique, analyse le consultant. Il y a des modèles dont la finalisation sera impactée"l.

A prévoir donc dans les semaines à venir : des décalages de livraisons mais aussi des tentatives de la part des constructeurs de faire accepter d’autres options, comme le remplacement de boîte de vitesse automatique par une manuelle. Le problème se pose également pour les pièces de rechanges. Le cabinet Décision ne prévoit pas de retour à la normal avant l’automne.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle