L'automobile britannique reporte ses investissements

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Les incertitudes autour du Brexit se font sentir pour l’industrie automobile britannique. En 2017, le secteur a continué à recruter. Mais l’investissement plonge. Après un recul de 33 % déjà en 2017, le montant des investissements annoncés a encore été divisé par deux au premier semestre. « Il y a une frustration grandissante dans les états-majors sur la lenteur des négociations », s’alarme Mike Hawes, le directeur de SMMT, le lobby des fabricants du secteur. Les industriels s’inquiètent en particulier du flou sur le devenir de l’union douanière. Chaque jour, 1 100 camions traversent la Manche pour livrer les usines britanniques. Un alourdissement des procédures douanières coûterait cher.   
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte