Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

"L’autoconsommation est inéluctable mais peut générer le pire comme le meilleur"

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Pour Jean-François Carenco, président la commission de régulation de l’énergie, il est urgent d’attendre et de consulter tous les acteurs avant de fixer les tarifs pour l’autoconsommation. Il les promet pour la fin janvier 2018.

L’autoconsommation est inéluctable mais peut générer le pire comme le meilleur
Jean-François Carenco, président la commission de régulation de l’énergie,
© Aurélie Barbaux

L’autoconsommation, c’est pourtant simple. Il s’agit de consommer sur place tout ou partie de l’énergie produite, que ce soit par un particulier, un collectif ou une entreprise. Mais pour la Commission de régulation de l’énergie (CRE), c’est un vrai casse-tête. Autorisée par une ordonnance dans la loi de transition énergétique de 2015, l’autoconsommation individuelle a déjà séduit 14000 foyers français, soit 0,04% des 37 millions de clients raccordés au réseau, et 4% des 350 000 installations de production d'électricité en France. L’autoconsommation collective, elle, n’a été votée qu’en février 2017 et son le décret d’application est paru en mai dernier. Ne manquent plus que les tarifs.

Concertation des acteurs et consultation publique

Pour le nouveau président de la CRE, Jean-François Carenco, il est urgent d’attendre : "On se gargarise de l’autoconsommation. La CRE est saisie pour les tarifs. On a décidé de ne pas se presser de fixer les fameux Turpe (Tarif d'Utilisation des Réseaux Publics d'Electricité)". Il a même décidé d’organiser une consultation des tous les acteurs, avec un premier forum d’échanges le 12 septembre à Paris. Seront ensuite organisés cinq ateliers thématiques pour travailler sur les tarifs pour l’autoconsommation individuelle, ceux pour l’autoconsommation collective, réfléchir aux mécanismes de soutien directs et indirects, définir une cadre pour les offres de fourniture et un cadre contractuel de raccordement et de comptage. "Ensuite, la CRE prendra des recommandations et organisera une consultation publique", annonce Jean-François Carenco. Et seulement après, la CRE publiera les tarifs, fin janvier 2018.

Halte au communautarisme

Un processus inédit pour la CRE, mais qui s’impose. "Ma conviction est que l’autoconsommation est inéluctable mais qu'elle peut générer le pire comme le meilleur, explique le président de la CRE. Notre travail est de nous assurer que cela produise le meilleur." Ce que Jean-François Carenco redoute le plus : le communautarisme. Il sait aussi que derrière la simplicité du concept, l’autoconsommation risque de déstabiliser les réseaux et oblige à poser de multiples questions : faut-il un même tarif partout ? Comment finance-t-on les réseaux ? Quelle assiette fiscale? Quel tarif pour l’injection d’électricité et le tirage ? Quel pouvoir au syndic en cas d’autoconsommation collective. "Et les smart grid, sont-ils les avatars énergétiques du néo-communautarisme ?", interroge encore le président de la CRE. Les débats s’annoncent compliqués.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

14/09/2017 - 20h33 -

On parle bien d'integrer quelques centaines de watts crête ? Incroyable comme les solutions les plus simples, qui se developent partout dans le monde deviennent compliquées ici. Pour ceux qui ont suivi les premières interventions, l'Italie serait a 750000 sites en autoconsommation. Après tout le communautarisme (éthique, culturel, social,...) peut être assimilé aux fondements de la société, suivant des valeurs communes, plurielles et multiculturelles. Peu importe, nous voilà condamnés à choisir entre néo communautaristes et néo conservateurs ? Tant que l'on ne sombre pas dans le néo colonialisme....
Répondre au commentaire
Nom profil

13/09/2017 - 13h52 -

C'est quoi le tarif sur l'autoconsommation ? Si on autoconsomme alors on paye qui pour quoi ?
Répondre au commentaire
Nom profil

15/09/2017 - 11h45 -

Si on autoconsomme partiellement, alors on reste raccordé au réseau. Celui-ci apporte alors une valeur de "sécurité" plutôt qu'une valeur "usage" : s'il n'y a pas de soleil pendant 1 semaine en été, j'aurai quand même du courant. Or on ne mesure aujourd'hui que l'usage (puissance et énergie consommée) pour calculer le prix à verser au réseau (TURPE). Si tout le monde autoconsomme 20% de son électricité, c'est autant de revenu en moins pour entretenir les câbles, alors que tout le monde compte tout de même sur le réseau en cas de coup dur météo. La logique de financement de l'infrastructure est donc à revoir dans ce "nouveau monde", c'est l'objet du débat. Bien entendu, si on autoproduit toute sa consommation, sans avoir besoin du réseau (site isolé), il n'y aurait rien à payer puisque pas de compteur.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle