L’audacieux pari d’EasyJet dans l’avion électrique

EasyJet compte développer un avion court-courrier électrique d’ici dix ans. La compagnie aérienne low cost se positionne sur un créneau où Airbus et Boeing commencent aussi à avancer leurs pions.

Partager
L’audacieux pari d’EasyJet dans l’avion électrique

Qui a dit que le secteur aéronautique, au même titre que l’automobile, ne pouvait être bousculé par des outsiders ? Certes EasyJet est un acteur bien connu du monde aérien, mais on ne l’attendait pas là : la compagnie aérienne low cost confirme mercredi 27 septembre se lancer dans le développement d’un avion de ligne tout électrique et mise sur une exploitation d’ici une dizaine d’années. Le court-courrier, dont elle vient de présenter le prototype à Londres, aurait une portée de 540 km et serait en mesure de prendre en charge 20% des passagers transportés par la compagnie.

EasyJet ne démarre pas d’une feuille blanche. La compagnie se greffe sur le projet de la société américaine Wright Electric, jeune entreprise née en 2016 et composée d’une petite équipe d’ingénieurs aéronautiques, d’experts de la propulsion et de chimistes spécialisés dans les batteries. Un rapprochement déjà évoqué il y a quelques mois. La start-up américaine s’est déjà fait un nom qui fait partie des rares acteurs à proposer non pas une voiture volante, mais bien un avion de ligne tout électrique qui vise à entrer en concurrence avec les actuels Airbus A320 et Boeing 737.

"Avec des vols d’une moyenne inférieure à deux heures plusieurs liaisons phares d’easyJet, telles que Londres-Amsterdam, Londres-Paris ou Belfast-Londres, pourraient ainsi être assurées par des avions électriques moins polluants et moins bruyants", assure la compagnie aérienne dans son communiqué. La capacité de l'appareil pourrait avoisiner les 120 passagers.

Une concurrence de plus en plus forte

Mais la route sera semée d’embûches pour ces nouveaux entrants que sont EasyJet et Wright Electric, qui entrent par la porte électrique pour pénétrer le marché aéronautique. D’abord parce que les deux géants de l’aéronautique sont aussi sur les rangs. L’américain Boeing, via son fonds Horizon X, soutien un projet concurrent – capable de transporter jusqu’à 50 passagers – mené par la start-up Zunum Aero basée à Seattle, avec la compagnie aérienne JetBlue également impliqué.

Côté Airbus, les projets de petits avions électriques – du Cri-Cri à CityAirbus en passant par l’E-Fan – représentent les premières étapes de ce qui à moyen terme devrait aboutir à un avion d’une centaine de places tout électrique. Des ambitions confirmées en juin dernier par Paul Eremenko, directeur de la technologie de l’avionneur, qui évoquait alors le développement un monocouloir proche de l’A320 d’une puissance de 20 MW équipé d’un système propulsif hybride (mi électrique, mi thermique), sans pour autant préciser de date de mise en service.

Au-delà de cette concurrence redoutable, qui devrait voir peu à peu de nouveaux entrants, ce seront les capacités des acteurs à faire sauter les verrous technologiques qui détermineront leurs succès. Aujourd’hui encore, la faible densité des batteries électriques, les problèmes d’échauffement liés aux courants de fortes puissances, les phénomènes de rayonnements électromagnétiques et de décharges de courant représentent des difficultés techniques persistantes. Une fois passées les barrières de la réglementation, une fois assurée les gains de compétitivité de la motorisation électrique, la promesse est belle : ne plus dépendre du cours imprévisible du pétrole et s'affranchir de l'un des plus importants postes de coût.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS