Quotidien des Usines

L'atout de la diversité

,

Publié le

l Legrand reste le poids lourd régional. l La céramique trouve de nouveaux débouchés dans l'industrie. l L'accompagnement institutionnel des entreprises doit s'améliorer.

Le secteur électrique-électronique tire la région, soutenu par la forte présence de Legrand. L'in-dustriel limougeaud y poursuit toujours ses investissements, mais tend à rationaliser ses multiples implantations historiques et à ralentir ses recrutements.

Autre locomotive dans ce domaine : Photonis, qui emploie 660 salariés dans le Limousin, leader mondial des composants optroniques pour détecter et amplifier la lumière et les rayonnements... et ce, même si le déménagement récent de son siège social à Mérignac (Gironde) pourrait avoir des incidences à terme. Ses produits sont surtout utilisés dans l'imagerie médicale et dans les systèmes de vision nocturne des soldats, deux marchés en pleine expansion !

Activité plus traditionnelle, la céramique cherche de nouveaux débouchés, soutenue par le pôle de compétiti- vité Céramique et Matériaux. Ses actions portent leurs fruits, avec, bien sûr, la création du Centre européen de la céramique (CEC) toujours à Limoges, mais aussi, l'émergence d'une filière « industrielle ». Courant 2007, à Limoges, Imerys implantera son Ceramic Center et le spécialiste du laser Cilas produira, sur la technopole Ester, des céramiques transparentes pour équiper les cavités optiques des lasers de très forte puissance utilisés en usinage et pour la production d'énergie. Enfin, des porcelainiers comptent s'associer pour expérimenter des formes « exotiques », comme de nouveaux mobiliers urbains d'ici à 2008. Au total, avec le pôle Elopsys, dédié aux micro-ondes et réseaux sécurisés, 60 à 80 emplois qualifiés sont arrivés dans la région.

aider les TPE et PME à nouer des partenariats

Si, en quinze ans, le Limousin a perdu un emploi industriel sur six, la diversité de son tissu, constitué surtout de PME-PMI, joue en sa faveur. Début 2007, la Drire lançait deux appels à projets innovants sur les secteurs mécanique-plasturgie et environnement-santé-bio-industries.Résultat : le premier a débouché sur quinze propositions, le second en a vu émerger trente-six. « Cela donne un coup de projecteur sur des secteurs faisant peu appel au Fonds régional pour l'innovation, alors qu'un gisement potentiel de projets en ressort, remarque Frédéric Schermann, chargé du développement industriel à la Drire. A nous maintenant d'accompagner la conduite de projets et d'aider les TPE-PME à nouer des partenariats. »

Consciente de ces difficultés, la Région vient de procéder à une refonte de ses aides. « Nous sommes passés du prêt-à-porter au sur-mesure pour booster la compétitivité des entreprises, via la R et D et l'innovation, le capital humain, l'accès à de nouveaux marchés et la croissance », explique Laurent Bour-gès, chef du service action économique au conseil régional. Cette instance lance aussi un « contrat de croissance » pour soutenir le développement stratégique des entreprises sur plusieurs années. A l'image de celui signé par Silab (principes actifs brevetés pour l'industrie cosmétique) qui compte doubler son effectif d'ici à cinq ans, pour passer à 250 salariés.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte