L’Association du transport aérien international s'attend à une reprise lente

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a livré le 21 avril son analyse sur l'après-confinement. Selon l'Iata, les compagnies aériennes peuvent s'attendre à une reprise lente avec un bon nombre d'usagers frileux.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Association du transport aérien international s'attend à une reprise lente
L'Iata représente 290 compagnies aériennes pour 82 % du trafic aérien mondial. /Photo prise le 19 avril 2020/REUTERS/Benoit Tessier

Le trafic des vols intérieurs a diminué de 70 % en raison de la crise du Covid-19, a estimé mardi 21 avril l'Association internationale du transport aérien (Iata). L'organisation a prévenu que la reprise qui s'amorcera au cours des prochains mois sera sans doute lente.

L'engouement des voyageurs affecté par le contexte économique

Si l'activité des court-courriers devrait redémarrer plus tôt que celles des long-courriers, il est probable que le contexte de morosité affecte l'engouement des voyageurs, a noté Brian Pearce, chef-économiste de l'Iata, lors d'une téléconférence. Selon l'IATA, 40 % des voyageurs pourraient attendre au moins six mois avant de reprendre l'avion. Près de 70 % des passagers souhaiteraient aussi attendre une stabilisation de leur situation financière avant de voyager à nouveau dans les airs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"L'environnement économique auquel nous nous attendons pour les six prochains mois n'est vraiment pas de nature à encourager les consommateurs à reprendre l'avion, essentiellement pour des raisons financières, a-t-il dit. C'est la raison pour laquelle nous nous attendons à une reprise relativement modeste au troisième trimestre."

L'IATA prépare le déconfinement

L'association, qui représente 290 compagnies aériennes pour 82 % du trafic aérien mondial, évalue également à 314 milliards de dollars les pertes financières liées à la crise sanitaire. "Les implications de cette situation ne sont pas théoriques", a observé Alexandre de Juniac dans un communiqué. Le directeur général de l'IATA a mentionné l'exemple de Virgin Australia qui s'est déclaré le 21 avril en cessation de paiements.

L'IATA dit mener des réunions avec les gouvernements et les acteurs de la filière pour préparer le déconfinement. "Nous ne voulons pas répéter ce qu'il s'est passé après le 11 septembre [2001], a expliqué Alexandre de Juniac. Les mesures de sécurité ont alors été mises en œuvre de manière non coordonnée et près de deux décennies plus tard, nous luttons toujours pour parvenir à une harmonisation."

Avec Reuters (Laurence Frost et Conor Humphries ; version française Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS