L'ASN "globalement assez satisfaite" du niveau de sûreté nucléaire français

Pierre-Franck Chevet, président de l'Autorité du sûreté nucléaire (ASN) était auditionné devant l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), le mardi 16 avril. Il y a présenté le rapport annuel sur "l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'ASN

"Une situation globalement assez satisfaisante". C'est sur cette note plutôt encourageante que Pierre-Franck Chevet a entamé son discours devant l'OPECST où il présentait le rapport annuel de l'ASN sur "l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France". Le président de l'Autorité a toutefois rappelé que des incidents avaient été signalés en 2012, mais ils ont permis de procéder à des améliorations, a-t-il insisté.

Parmi les enjeux importants pour le nucléaire français : le renouvellement des compétences. Chez EDF par exemple, il faudra procéder à un renouvellement de 40% des collaborateurs dans les 3-4 prochaines années, a indiqué Pierre-Franck Chevet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Concernant la question essentielle de la sûreté des installations nucléaires, l'ASN a retenu 3 critères : l'exploitation et la maintenance, la radioprotection et l'environnement. Concernant la centrale de Fessenheim, la doyenne du parc nucléaire français, le gendarme du nucléaire lui a attribué une bonne note pour l'exploitation et la maintenance, une moins bonne pour la radioprotection. Plus globalement, EDF doit faire un effort renforcé dans le domaine de la protection de l’environnement.

Pour ce qui est des sites d'Areva, l'ASN considère dans son rapport que les efforts doivent être poursuivis pour le site de La Hague, en particulier pour la reprise des déchets anciens et pour la prise en compte du retour d’expérience et pour les déclarations d’événements significatifs.

Enfin pour le CEA, Pierre-Franck Chevet a particulièrement mis l'accent sur les opérations de démantèlement et ce qu'elles impliquent au niveau des sous-traitants. "De façon générale, l’ASN restera vigilante sur le respect, dans les délais prévus, des engagements pris par le CEA, tant pour ses installations en fonctionnement que pour ses installations en démantèlement", est-il précisé dans le rapport annuel de l'Autorité.

"Anticiper la transition vers de nouveaux moyens de production"

Le président de l'ASN a également évoqué le débat sur la transition énergétique amorcé depuis plusieurs semaines en France. Il a insisté sur le fait que le nucléaire existerait en France pendant des années en France, "il est essentiel que les exploitants (des installations) gardent les capacités économiques, techniques et humaines suffisantes" pour en assurer le fonctionnement dans de bonnes conditions.

Par ailleurs, Pierre-Franck Chevet a rappelé que le parc nucléaire français était très "standardisé" et qu'une anomalie générique pourrait conduire l'ASN à exiger l'arrêt brutal et simultané de plusieurs réacteurs. "Il faut que le système électrique français dispose de marges pour faire face à cette situation plausible", frôlée de très près dans les années 1990 avec la corrosion des couvercles de cuves de réacteurs, a-t-il averti.

"Il faut aussi prendre en compte le fait que les centrales nucléaires ont une durée de vie limitée, difficile à prévoir, et qui ne sera pas nécessairement la même pour tous les réacteurs. Il est donc important d'anticiper la transition vers de nouveaux moyens de production permettant de couvrir la demande d'électricité future", a-t-il expliqué.

Le rapport sur "l'état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France" est consultable sur le site de l'ASN.


Présentation du Rapport 2012 de l'ASN par ASN_Publications

Astrid Gouzik

1 Commentaire

L'ASN "globalement assez satisfaite" du niveau de sûreté nucléaire français

deck614
18/04/2013 09h:03

Cela me rappelle les sondages en ligne : êtes-vous "très satisfait", plutôt satisfait, assez satisfait, pas du tout, à la folie" Donc, on est loin du "totalement satisfait pour les moindres détails", exigible lorsque le risque est de plusieurs centaines de milliers de morts, de millions de contaminés et de centaines (à milliers ?) de milliards d'euros de dégâts, à réparer sur plusieurs siècles.

Réagir à ce commentaire
1 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS