Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L’ASN alerte sur la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Sans décision de prolongation des réacteurs nucléaires ou de construction de nouveaux outils de production, plusieurs milliers de mégawatts (MW) seront retirés du réseau chaque année à partir de 2020. L’ASN juge qu’il est urgent de se décider sur cette extension de durée de vie.

L’ASN alerte sur la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires © DR

Ce mardi 28 janvier, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) présentait ses vœux dans ses tout nouveaux locaux situés à Montrouge. C’est la deuxième fois que le président de l’Autorité, Pierre-Franck Chevet, se prêtait à cet exercice. Fidèle à son style, il en a profité pour alerter le gouvernement sur des sujets de politique énergétique, en particulier la prolongation de la durée de vie des réacteurs nucléaires de 40 à 50 ou 60 ans.

Pierre-Franck Chevet juge qu’"il est urgent de se décider sur la durée de vie des réacteurs nucléaires". Il ajoute : "Les réacteurs ont été dimensionnés pour 40 ans. C’est aujourd’hui la limite qui est à considérer." Sans prise de décision pour prolonger les réacteurs, en construire de nouveaux ou bâtir de nouvelles sources, le système électrique perdra entre 1800 et 7200 MW par an entre 2020 et 2030. "Il faut se préparer maintenant en termes de politique énergétique", lance Pierre-Franck Chevet.

Un avis en 2015

L’Autorité mène déjà des travaux avec EDF pour voir s’il est possible d’aller au-delà de la limite des 40 ans. Il y a des questions sensibles, notamment sur le vieillissement des éléments non remplaçables des réacteurs, comme la cuve ou l’enceinte de confinement. La possibilité de renforcer les piscines de combustibles usés est discutée, alors que ces dernières ont constitué un point critique lors de l’accident de Fukushima au Japon. L’ASN donnera un premier avis en 2015 pour définir quelles sont les questions techniques prioritaires. L’avis final pourrait être rendu en 2018 ou 2019.

Reste à savoir quelle sera la position du gouvernement. Des éléments laissent penser qu’EDF et le gouvernement se sont entendus pour fermer Fessenheim en échange d’une prolongation des réacteurs, même si le ministère du Développement durable, de l’écologie et de l’énergie nie avoir pris toute décision sur le sujet.

Une commission d’enquête

Il faut dire que le sujet est très sensible politiquement en particulier en période pré-électrorale. Les Verts mettent dans la balance leur soutien au gouvernement Ayrault. Rappelons que les députés EELV ont obtenu la création d’une "Commission d'enquête relative aux coûts passés, présents et futurs de la filière nucléaire, à la durée d'exploitation des réacteurs et à divers aspects économiques et financiers de la production et de la commercialisation de l'électricité nucléaire", qui a démarré ses travaux en janvier 2014. Cette commision veut influer sur la loi sur la transition énergétique, prévue à l’été 2014, que doit rédiger le ministre du Développement durable, Philippe Martin. 

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle