Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les arrêts de centrales belges pour révision couteront 250 millions d'euros à Engie

, , ,

Publié le , mis à jour le 18/06/2018 À 12H04

Alors que la Belgique a acté la sortie du nucléaire en 2025, Engie a dévoilé le programme des révisions de trois centrales nucléaires de sa filiale Electrabel en Belgique. Ces arrêts pèseront environ 250 millions d'euros sur l'Ebitda du groupe et son résultat net récurrent.

Les arrêts de centrales belges pour révision couteront 250 millions d'euros à Engie
Engie a indiqué lundi que les révisions programmées de trois centrales nucléaires de sa filiale Electrabel en Belgique, dont celle d eTihange (photo) se traduiraient par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros sur son Ebitda et son résultat net récurrent.
© Michielverbeek - Wikimedia - C.C

Après avoir annoncé le 15 juin qu’il allait prolonger jusqu'au 30 septembre l'arrêt du réacteur nucléaire Tihange 3, de 1.000 mégawatts, en raison d'une dégradation du béton d'un des bâtiments du site, Electrabel, filiale belge du groupe français Engie, a donné un calendrier des prochain arrêt.

Dans un communiqué, le groupe explique que les nouvelles révisions programmées sur les réacteurs Tihange 2 et Doel 4 et la prolongation de l'arrêt du réacteur Tihange 3 représentent l'équivalent de plus de sept mois supplémentaires de non fonctionnement des centrales.

"Le groupe a immédiatement décidé de mettre en place un plan d'actions spécifique pour réduire les effets de ce nouvel agenda de révision sur la performance financière en 2018", souligne Engie. "Le groupe est confiant dans sa capacité à compenser significativement l'impact de ces indisponibilités nucléaires", poursuit-il.

Le 30 mars, le gouvernement fédéral belge et les trois gouvernements régionaux se sont mis d’accord, le 30 mars, sur un pacte énergétique pour 2030-2050. Ce dernier confirme la volonté de sortir progressivement du nucléaire d’ici à 2025, voté en 2003. Et donc dans la foulée le démantèlement des cinq réacteurs nucléaires du pays gérés par Electrabel, filiale d’Engie.

En Bourse, l'action Engie abandonne 2,23% à 13,61 euros lundi à 9h30.

Avec Reuters

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle