L'Usine Energie

L'arrêt du nucléaire en Allemagne, sujet de préoccupation en France

Publié le

[ACTUALISE] - Le ministre de l'Energie s'inquiète des conséquences court-terme de la décision de l'Allemagne pour la France. Rendez vous est donc pris pour le 9 juin avec toute la filière énergétique française.

L'arrêt du nucléaire en Allemagne, sujet de préoccupation en France © alpha du centaure-Flickr-C.C

Le ministre de l’Energie Eric Besson annonce la tenue d’une réunion de la filière énergétique la semaine prochaine. Avec pour objectif d’évaluer les conséquences de la décision prise par l’Allemagne de fermer toutes ses centrales nucléaires.

Interrogé sur France Info, le ministre estime que la décision pourrait avoir des conséquences à court terme, en privant la France d’une source d’importation. Une situation difficile en période de sécheresse dans l’Hexagone.

"L'arrêt immédiat des sept centrales nucléaires enlève à l'Allemagne à peu près 10% de sa production électrique", ce qui veut dire que "l'Allemagne ne va plus pouvoir exporter, ou beaucoup moins", explique le ministre.

Or, la France a l’habitude en été d’importer de l’électricité d’Allemagne, selon le ministre. "Même si globalement nous exportons davantage que nous n'importons d'électricité vers l'Allemagne, songez que nos exportations d'électricité vers l'Allemagne ont augmenté de 50% ces dernières semaines" , commente-t-il. Mais selon l'Observatoire du nucléaire, l'importation depuis la France est un argument totalement faux. "Depuis 2004, c'est bien la France qui est importatrice d'électricité depuis l'Allemagne", assure l'observatoire.

"La fermeture de 8 réacteurs nucléaires en Allemagne est un très gros problème... pour la France", estime donc l'Observatoire du nucléaire.D'autant plus que la production d'électricité hydraulique est en forte baisse (-29% en avril) à cause de la sécheresse et que la consommation d'électricité a tendance à augmenter en été en raison du développement des systèmes de climatisation.

La réunion du 9 juin rassemblera tous les industriels concernés, le gestionnaire du réseau d'électricité RTE et les fournisseurs d'énergie. Le ministre a profité de cette interview pour revenir sur le projet de réacteur nucléaire EPR de Penly. Il indique que le report de l’ouverture de l’enquête publique ne signifie pas un arrêt du processus. 
 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

01/06/2011 - 12h46 -

j'ajoute qu'il faudrait se dépêcher car nous ne serons pas les seuls à avoir cette idée: même des pays "étranges" risquent de se manifester !
Répondre au commentaire
Nom profil

01/06/2011 - 12h02 -

C'est l'occasion pour Lauvergeon d'embaucher les meilleurs spécialistes Allemands au nez et à la barbe de Proglio (ainsi que de Poutine au passage)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte