L'arrêt de production chez Evonik pourrait profiter à Arkema

L'incendie qui a eu lieu dans une usine allemande de polyamide du groupe chimique Evonik provoque des remous dans toute l'industrie automobile européenne. Le groupe chimique Arkema est en train d'accélérer un projet de produit de substitution.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'arrêt de production chez Evonik pourrait profiter à Arkema

On le trouve dans les conduites de frein et les pièces du moteur où transite le carburant. Le polyamide 12 est devenu un matériau incontournable dans l'industrie automobile, recherché pour sa dureté et sa résistance à la corrosion et aux fortes chaleurs. Mais il commence à manquer ! Un peu partout en Europe, équipementiers et constructeurs automobiles craignent une prochaine pénurie.

La cause de cette situation de crise ? Un incendie qui s'est déroulé le 31 mars dernier dans l'usine de Marl du groupe Evonik. Le sinistre a engendré la mort de deux personnes et a détruit une partie du site. La production de cyclododécatriène (CDT), dont le groupe est l'un des principaux producteurs mondiaux, est à l'arrêt. Or ce produit est le précurseur d'une autre matière : le lactame, un monomère qui, une fois polymérisé, permet d'obtenir le fameux polyamide 12 (PA 12).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Du coup, dans toute la chaîne de production, c'est un peu la panique. Le chimiste français Arkema qui utilise le CDT d'Evonik pour produire son propre PA 12 dans son usine de Serquigny (Eure) a dû, le 10 avril, déclarer un cas de force majeur auprès de ses clients de l'automobile. "C'est la crise depuis 15 jours dans le secteur", déclare un porte-parole du groupe.

Le PA 10 remplaçant du PA 12

Les acteurs de l'auto se tournent vers d'autres producteurs, comme par exemple les chimistes Dupont (Etats-Unis), BASF (Allemagne) et Invista (Pays-Bas). Mais les capacités de production ne sont pas extensibles. L'usine d'Evonik ne devrait pas redémarrer sa production avant plusieurs mois.

Du coup, une autre voie serait à l'étude : celle de la substitution. Et dans cette perspective, le groupe Arkema profite d'un calendrier qui lui est plutôt favorable. En novembre 2011, le groupe a fait l'acquisition de deux sociétés chinoises. La première, Hipro Polymers, est un producteur de polyamides techniques bio-sourcés 10.10. Et la seconde, Casda Biomaterials, est l'un des leaders mondiaux de la production d'acide sébacique issu de l'huile de ricin et utilisé notamment pour la production de ces mêmes polyamides 10.10.

Or ce PA 10 pourrait dans une large mesure remplacer le PA 12 jusque-là utilisé dans l'automobile. Arkema a depuis quelques jours envoyé à ces clients de l'automobile (notamment Renault, PSA et Volkswagen) des échantillons de ce produit afin de le tester et d'en valider l'usage pour certains pièces de voiture. L'incendie dans l'usine d'Evonik pourrait donc accélérer ce projet qui vise à produire le PA 10 en Chine pour approvisionner le secteur automobile européen.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS