L'armateur français CMA CGM a bien négocié une année 2015 délicate

Volumes en hausse, chiffre d’affaires en baisse. CMA CGM affronte la baisse des prix du transport maritime de conteneurs. La modernisation de la flotte et l’optimisation des lignes ont permis à l’armateur français de rester largement bénéficiaire, le prix bas du pétrole aidant,

Partager


Crédits CMA CGM

Les résultats de CMA CGM résument la situation actuelle du transport maritime de conteneurs. Le chiffre d’affaires 2015 du numéro 3 mondial baisse de 1 milliard de dollars, à 15,7 milliards (- 6,4 %) par rapport à 2014, pour un volume transporté en hausse de 800 000 équivalent vingt pieds (EVP) à 13 millions d’EVP (+6,3 %). Dans ces conditions, le maintien de la marge opérationnelle à 5,8 % du chiffre d’affaires et le quasi-maintien du bénéfice net (576 millions de dollars, -2,9 %) sont une réussite pour le groupe.

La modernisation de sa flotte, l’optimisation des liaisons dans le cadre de l’alliance Ocean Three et la baisse du prix du pétrole ont participé à ce résultat.

En 2015, CMA CGM a mis en service 18 nouveaux navires, dont 6 super-conteneurs de dernière génération d’une capacité de 18 000 EVP. Ces navires au dessin de carène optimisé et aux moteurs améliorés consomment moins et permettent de baisser le coût par conteneur. L’alliance avec China Shipping et UASC, effective depuis janvier 2015, participe à l’amélioration du taux de remplissage grâce à l’optimisation des lignes. Le rachat annoncé du Singapourien NOL, 12e transporteur maritime mondial, reste d’actualité. NOL apportera des lignes complémentaires.

Renforcement des lignes transpacifiques

CMA CGM a d’autre part renforcé sa division logistique par le rachat de 60 % du logisticien indien LCL Logistix, ouvert des dépôts de conteneurs en Afrique et obtenu des concessions de terminaux à Kingston en Jamaïque et à Kribi au Cameroun.

L’année 2016 s’annonce délicate pour le transport maritime avec des prix de transport probablement encore à la baisse. Dans ce contexte, CMA CGM a décidé de déployer ses six plus gros navires sur les lignes transpacifiques entre l’Asie et les États-Unis. Les escales tests réalisées en décembre 2015 et février 2016 dans des ports américains ont été concluantes, alors que les États-Unis n’avaient jusqu’à présent pas accueilli des navires d’une telle taille.

Patrice Desmedt

0 Commentaire

L'armateur français CMA CGM a bien négocié une année 2015 délicate

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS