Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L’Archinaute, le voilier sans voile qui avance face au vent

,

Publié le

Le projet Archinaute vise à construire un multicoque à propulsion électrique équipé d’une éolienne, capable d’avancer contre le vent. Son concepteur, l’ingénieur centralien Charles-Henri Viel, cherche des financements pour construire un prototype de 12 mètres de long.

L’Archinaute tranche parmi les différents projets de navires écologiques. Il n’utilise ni voiles ni cerf-volant, mais une éolienne qui fournit l’énergie nécessaire à un moteur électrique. Le gros avantage de cette option originale, c’est que le bateau peut avancer contre le vent, là où un voilier doit tirer des bords à environ 45 degrés du vent. "Deux fois la route, trois fois la peine", dit le vieux dicton marin.

L’idée est portée par Charles-Henri Viel, ingénieur de l’Ecole centrale de Paris. Ce dernier aborde les questions soulevées par son projet quelque peu iconoclaste avec rigueur et sans chercher à brûler les étapes. Il s’apprête à débuter la véritable phase d’études et n’a pas pour l’instant rejoint ni le projet "Navires du futur", ni le plan "Navires écologiques". Son premier objectif est de réunir auprès de sponsors, mécènes et associés les fonds nécessaires aux différentes phases. Dans un premier temps les études (500 000 euros) puis la réalisation (1 million d’euros), les essais et l’optimisation (1 million d’euros) et la communication (500 000 euros).

Une éolienne carénée et pivotante

"Le principe est connu depuis 1921, explique Charles-Henri Viel. Un plaisancier britannique navigue sur un multicoque adapté par ses soins avec un système utilisant une éolienne." La faisabilité est avérée, reste à tirer au mieux parti de ce type de solution en utilisant les meilleures techniques de fabrication. L’amélioration de l’efficacité des batteries permet par exemple de stocker de l’énergie nécessaire pour pallier un manque temporaire de vent tout en gardant un poids raisonnable. L’éolienne carénée et pivotante pourra être construite en matériaux composites, pour allier résistance et légèreté.

Aujourd’hui, la maquette de 1,5 mètre fonctionne et avance contre le vent, y compris dans le clapot. Une vidéo le montre. Le premier objectif est de réaliser un trimaran de 12 mètres de long, avec une éolienne de 8 mètres de diamètre. Selon les calculs de son concepteur, il devrait être capable de naviguer à une vitesse égale à la moitié de celle du vent. Et en cas de vent très fort, un mécanisme de pas variable adapte la vitesse de rotation avant de mettre, éventuellement, l’éolienne en drapeau.

On peut légitimement s’interroger sur la taille maximum acceptable pour un tel navire, puisque le diamètre de l’éolienne augmente en rapport. Pour son concepteur, un catamaran de 60 mètres de long pour trente mètres de large (et donc d’une éolienne d’un diamètre presque équivalent) serait faisable. Le concept reste à valider sur un navire à taille réelle, comme c'est le cas pour les autres projets, le cargo à voiles Néoline, le bateau à multi-énergies renouvelables Esprit de Velox ou le système de propulsion par cerf-volant Beyond the Sea.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

21/12/2015 - 19h24 -

concept foireux, un bateau qui reculera moins vite ! ouvrez un livre de physique !!!!!!!!!! et cela se prend pour des ingénieurs, on est pas rendu !!!!!!!!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

01/07/2016 - 10h40 -

Possible que le concept soit foireux, mais avant qu'un avion ne vole réellement, c'était aussi un concept foireux... La remarque de Bébert est autrement plus judicieuse et argumentée non ?
Répondre au commentaire
Nom profil

11/07/2016 - 07h51 -

A moins qu'ingénieur rime avec rentier, ce qui est souvent le cas. c'est forcement un concept totalement foireux. Si l'embarcation reçoit le vent de face, cette même embarcation devra se tenir à l'ancre pour pouvoir produire de l'énergie via l'éolienne. Sinon, il reculera inévitablement, sauf a mettre plus d'énergie dans la propulsion sous marine que d'énergie perçu par l'éolienne et ce, quelle que soit le type d'éolienne. Par vent arrière, le vent apparent étant faible, il n'y a quasi pas de production d'énergie, a moins de se trouver dans un ouragan, bien entendu. C'est une évidence. Et oui, on a d'ingénieux ingénieurs prêt à tout, pour une poignée de dollar où pire, pour acquérir une réputation, quitte a se voiler la face sur le résultat. Bref, quitte a avoir affaire à des ingénieurs tel que celui-ci, je préfère nettement construire moi-même, mes propres embarcations... AU moins, je sais ou je vais... Kristian
Répondre au commentaire
Nom profil

15/09/2016 - 11h14 -

Cher Laurent, ce n'est pas parce que l'on a une impression ou une conviction que l'on est dans le vrai. Remonter au vent c'est possible si l'on utilise une éolienne mais que l'on prend appui sur l'eau ou la terre ferme. Que demande un engin pour avancer ? Vaincre le frottement, c'est tout ! Avec une carène adaptée (ici un multicoque donc peu de trainée) et un fardage (un SCx...) étudié je ne vois pas où est le problème ! Voir cette expérience simple que tout le monde peu réaliser : http://www.dailymotion.com/video/xwaaox_tild-up_tech#.UQAqxSftWBy PS : Es-tu ingénieur ???
Répondre au commentaire
Nom profil

18/09/2017 - 18h22 -

C'est vraiment très très bête ça, le concept peut marcher si la force de poussée de l'hélice (qui est alimentée par l'éolienne) est supérieure a la force de trainée du bateau et de l'éolienne ce qui est le cas si le bateau et l'éolienne sont bien dessiné. On peut trouver des inconvénients au projet c'est sûr mais sur le principe ça marche, c'est a vous d'ouvrir un livre de physique : (1) Calculez la puissance qu'une éolienne peut produire (2) faire un bilan des forces et un brave principe fondamental de la dynamique ça devrait suffire (après pas si facile que ça d'avoir une idées des valeurs des forces de trainées mais bon ça se calcule)
Répondre au commentaire
Nom profil

21/12/2015 - 13h33 -

Attention, la transmission de la maquette est mécanique et le rendement doit dépasser 90%. Ceci est déjà établi pour des véhicules terrestres qui dépassent 30 km/h face au vent. Quand on fera le produit des rendements de l'alternateur, du circuit électrique, de la régulation, des batteries, du convertisseur éventuel, de l'onduleur et du moteur , on risque d'être déçus ...
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus