Electronique

L'Arcep reporte les enchères françaises pour les fréquences 5G

, , , ,

Publié le , mis à jour le 03/04/2020 À 08H20

Le régulateur français du secteur télécoms a confirmé le 2 avril le report des enchères pour l'attribution des fréquences mobiles 5G. En raison de la crise sanitaire du Covid-19, le processus d'attribution est reporté à une date non définie.

L'Arcep reporte les enchères françaises pour les fréquences 5G
Très attendue par les opérateurs français, l'attribution des fréquences doit permettre à l'État d'engranger au minimum 2,17 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Rafael Marchante
© Rafael Marchante

La tenue des enchères pour l'attribution des fréquences mobiles 5G aux opérateurs télécoms français est décalée en raison de la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de coronavirus, a annoncé jeudi 2 avril le régulateur du secteur. L'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) précise qu'elle fixera une nouvelle date en fonction de l'évolution de la situation.

"Les circonstances actuelles de crise sanitaire n’ont pas permis de conduire les préparatifs nécessaires à l’organisation matérielle de cette enchère, initialement prévue au mois d’avril, explique l'Arcep dans un communiqué. Il en résulte un décalage, dont la durée dépendra de celle de la crise sanitaire."

Les opérateurs obtiennent chacun un bloc pour 350 millions d'euros

L'autorité a tout de même annoncé la qualification des quatre principaux opérateurs français candidats : Bouygues Telecom, Free (du groupe Iliad), Orange et SFR qui étaient les seuls candidats. Ces derniers pourront donc participer à la phase d'enchère pour l'attribution des 11 blocs de 10 MHz encore disponibles dans la bande 3,4 ? 3,8 GHz.

Ces entreprises ont également d'ores et déjà obtenu, chacune, un bloc de 50 mégahertz dans le cadre de la première partie du processus d'attribution prévoyant un ensemble d'engagements pour les opérateurs. "Les quatre candidats ont souscrit aux engagements prévus par le cahier des charges et pourront obtenir chacun, au terme de la présente procédure et pour un montant de 350 millions d'euros, un bloc de 50 MHz", explique l'Arcep.

La deuxième partie du processus, dans le cadre d'enchères, doit permettre d'attribuer le solde des fréquences disponibles, soit 11 blocs de 10 mégahertz. Très attendue par les opérateurs français, l'attribution des fréquences doit permettre à l'État d'engranger au minimum 2,17 milliards d'euros, le prix plancher fixé pour les enchères.

La 5G est déjà disponible dans plusieurs pays européens, dont l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Allemagne et l’Italie, faisant de la France l’un des derniers grands pays du continent à adopter cette nouvelle technologie. Selon la Fédération française des télécommunications, la 5G permettra de télécharger des données 10 fois plus rapidement que la 4G et sera également beaucoup plus fiable.

Avec Reuters (Gwénaëlle Barzic, édité par Marc Angrand)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte