Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

L'appel de 35 grandes entreprises allemandes pour décarboner l'économie

Manuel Moragues , ,

Publié le

35 géants allemands, essentiellement industriels, voient dans l'accord de la COP21 un virage crucial. Et appellent Bruxelles à réviser à la hausse ses objectifs de décarboner de l'économie. Avec un cadre régulatoire clair.

 

Elles voient dans l'accord de Paris un "virage crucial". Elles se veulent pionnières de la décarbonation de l'économie. Elles demandent au régulateur européen d'accélérer et d'être plus ambitieux. Elles, ce sont 35 grandes entreprises allemandes, soutenues par les regroupements d'entreprises Baum et Fondation 2° ainsi que l'ONG Germanwatch. Les énergéticiens EnBW et EWE, les groupes Stabilo, Adidas et Unilever, les filiales locales de Velux, Daikin Airconditionning et Rockwool, la Commerzbank et bien d'autres ont publié lundi 14 décembre une déclaration commune.

Saluant l'accord de la COP21, les signataires se félicitent de "l'engagement clair pris par les grands pays industriels d'entreprendre la nécessaire transformation de leurs systèmes énergétiques d'ici au milieu du siècle". Une transformation "aujourd'hui plus faisable que jamais grâce aux coûts en baisse des énergies renouvelables et des technologies d'efficacité énergétique". Les 35 se déclarent "engagées à agir en pionniers dans cette nouvelle transition globale". Elles demandent donc à aux décideurs politiques allemands et bruxellois de "fournir un cadre régulatoire clair, de long terme et ambitieux pour cette transition".

Passer de 27% à 40% d'efficacité énergétique

Les 35 demandent tout particulièrement à l'Europe de progresser plus rapidement sur l'adoption et la mise en oeuvre du cadre légal de promotion de l'efficacité énergétique.

Elles réclament un objectif de 40% d'efficacité énergétique en 2030, au lieu des 27% prévus. Les objectifs globaux de réduction de gaz à effet de serre pour 2030 devraient aussi être revus à la hausse, estiment-elles. Les 35 en appellent notamment à la création d'un cadre politique et financier pour "un changement global dans le secteur du transport, en incluant un objectif de réduction de 95% des gaz à effets de serre en 2050 par rapport à 1990".

Des quotas pour réduire les émissions de 95% en 2050

Enfin, elles demandent une réforme plus en profondeur du système européen de quotas d'émissions de CO2 (ETS) pour "déclencher un signal-prix du CO2 qui soit pertinent pour les décisions d'investissement".  Nombre d'industriels se sont exprimés dans ce sens avant et pendant la COP21.

Mais peu ont été aussi précis que les 35, qui pointent que la réforme de l'ETS doit aboutir à une réduction de 95% du volume d'émissions qu'il couvre d'ici à 2050. Pour l'Union Européenne, quelque peu marginalisée dans les négociations de la COP21, ce serait l'occasion de prendre un indiscutable leadership dans la décarbonation de l'économie.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle