L’Andra gère le plus long projet industriel jamais réalisé

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Andra gère le plus long projet industriel jamais réalisé

Investissement. « Notre projet industriel est sans doute le plus long jamais engagé dans l’industrie », estime Jean-Pierre Vervialle, directeur du centre de stockage de déchets faiblement radioactifs de Digulleville (Manche), dépendant de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Commandité par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). Ce programme va en effet s’étaler sur une cinquantaine d’années.

Objectif : pérenniser, en utilisant de nouveaux moyens d’étanchéité le confinement durable des déchets faiblement radioactifs de ce centre de stockage, jusqu’à leur fin de vie. D’une superficie de 15 hectares, le site a été créé en 1969 pour mettre fin à l’immersion en mer des déchets radioactifs.

S’il ne reçoit plus de déchets depuis 1994, la désactivation complète durera cependant au minimum trois siècles, les déchets perdant 50 % de leur radioactivité tous les trente ans.

« Il s’agit du premier site du genre installé en Europe, commente le directeur. Il a été conçu avec les moyens de l’époque et de façon expérimentale. Les colis de déchets sont stockés sous une couverture multicouche, dont l’élément principal est une membrane bitumineuse étanche. Mais aujourd’hui, les talus de la couverture présentent de faibles mouvements de glissements.

Dans un premier temps, nous allons stabiliser l’ensemble avec des blocs de béton. Puis, nous adoucirons les pentes en prolongeant les talus sur des terrains que nous allons acheter.

Notre objectif majeur est d’installer une étanchéité minérale pour protéger l’ensemble afin de prévenir les pénétrations d’eau et les risques de corrosion. La résistance de la membrane installée en 1969 est estimée à cent ans mais nous ne savons pas si elle résistera après.

Pour garantir le confinement, nous allons tester par-dessus la couverture une étanchéité minérale, d’abord à base de schiste spécifique de la région du Cotentin et d’argile. Si ce test, réalisé sur une partie du site est positif, nous appliquerons cette méthode à l’ensemble du périmètre où sont stockés 530 000 mètres cubes de déchets faiblement radioactifs.

Cette mission nécessitera plusieurs millions d’euros d’investissements, mais le montant final est difficile à évaluer aujourd’hui. Il pourra évoluer, selon les résultats des tests et en fonction des technologies et des matériaux durables potentiellement utilisables qui apparaîtront ».


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS